Pour les longues distances, vous ne trouverez pas mieux - l'Audi 100

En 1976, Ingolstadt a annoncé la nouvelle Audi 100 et ses qualités longue distance. Vous ne trouverez rien de mieux sur de longues distances, précise la marque aux 4 anneaux. Était-ce ainsi ? La Saab 9000, le luminaire longue distance de Suède, n'avait pas encore été inventée, donc l'Audi, vue à travers les lunettes de Saab, avait de réelles chances.

Après tout, c'était la première grande Audi à être créée sous l'influence significative d'un certain M. Piëch, qui voulait porter la marque au sommet. Le mélodieux cinq cylindres en ligne était sa composition, et j'étais encore très déçu lorsque j'ai emmené l'Audi sur la piste des années plus tard.

Elle menait de Francfort à Berlin-Ouest, avec un détour au cœur du socialisme réel, et retour. La déception – c'est encore compréhensible aujourd'hui.

Audi 100 - pour le long terme
Audi 100 – pour le long terme

Audi 100 – sur un long, long chemin

Le transit vers Berlin-Ouest est légendaire, les voyageurs expérimentés de Berlin-Ouest ont préféré le passage frontalier à Helmstedt, qui promettait l'itinéraire le plus court à travers l'Est. Mon passeport vert historique est truffé de tampons dont 90% proviennent de la traversée de Marienborn.

Je n'ai conduit le Transit qu'une seule fois avec une Audi 100 CD (C2), et après les premiers kilomètres, j'ai regretté mon choix. L'Audi, une défunte C2 Avant 3 cylindres, XNUMX vitesses automatique, était une voiture bruyante, alcoolisée et inconfortable. Une boîte terrible, c'est ce qui m'est passé par la tête à l'époque. Et ça devrait être une Audi ?

Je détestais l'Audi et j'étais content quand le voyage était terminé et que je pouvais le rendre à Francfort le lendemain. La 100 Avant était-elle vraiment si mauvaise ?

L'Audi 100 C3 est l'ennemie de la C2

Le trajet a eu lieu en 1984 ou 1985. En fait, je conduisais déjà le successeur (C3), l'Audi 100, qui a attiré beaucoup d'attention avec son design épuré. C'était une très bonne voiture, une voiture d'ingénierie, comme on l'appelait en interne. Il était rapide, avare en combustibles fossiles, était parfaitement fabriqué et disposait d'un espace infini. J'ai utilisé successivement trois exemplaires de la C3 avant de passer à la C4 et ma carrière chez Audi s'est arrêtée brutalement.

Pour cette visite mémorable, cependant, j'ai dû utiliser une Audi 100 (C2) Avant de la flotte de l'entreprise car ma voiture était à l'atelier.

Un choc culturel.

Au lieu d'une ligne moderne et élégante, il y avait en peluche, au lieu d'efficacité, un cinq cylindres arrosé avec une boîte de vitesses à trois vitesses, et au lieu de calme à l'intérieur, la boîte secouait à chaque coin et coin et le matériau et la fabrication étaient pouilleux.

Bien sûr, mon impression était encore grâce à ce certain M. Piëch, qui a poussé Audi en avant avec toute son énergie. Il y avait des galaxies entre les Audi 2 C3 et C100. Le C3 était un saut quantique qui a rendu son prédécesseur plutôt mauvais du jour au lendemain.

La nouvelle grande Audi - mais son successeur est encore meilleur
La nouvelle grande Audi – mais son successeur est encore meilleur

L'Audi 100 (C2) était une bonne voiture lors de sa première. Audi avait également fait un bond en avant ici, la marque se positionnait pour pouvoir attaquer les marchés à l'export. Les moteurs à essence à cinq cylindres utilisés pour la première fois font partie de l'ADN d'Ingolstadt. Le diesel, également avec le nombre impair de cylindres, a commencé sa grande carrière dans la C2, et l'équipement CD horriblement somptueux était destiné à étayer la prétention à la classe supérieure à l'époque.

À domicile sur de longues distances

Dans la double page publicitaire de l'été 1976, Audi mentionne des essais dans le nord de la Suède et en Afrique centrale. Ce qui semble normal aujourd'hui et ne vaut pas la peine d'être mentionné était nouveau à l'époque. Des essais routiers dans différentes zones climatiques n'avaient jusqu'alors pas été réalisés par la marque aux 4 anneaux. Ce fut encore le perfectionniste Ferdinand Piëch (Lien) que ce test est devenu la norme.

J'ai en quelque sorte survécu à la journée plutôt longue avec l'Audi 100 (C2), j'ai fourni une assistance en cas de panne pour une Alfa Romeo sur l'autoroute vide à 4 heures du matin et j'ai finalement été de retour à Francfort. Route de transit, Berlin-Ouest, le socialisme qui existait réellement et une Audi que je n'aimais pas, mais qui a participé de manière fiable au marathon.

Vous devinez peut-être que j'étais assez jeune à l'époque. Et peut-être que vous ne pouviez vraiment rien trouver de mieux qu'une Audi 100 sur de longues distances.

- La suite suit -

8 commentaires sur “Pour les longues distances, vous ne trouverez pas mieux - l'Audi 100 »

  • J'ai conduit deux Audi 2020 C21 pour la dernière fois en 100/4. Au Kazakhstan. Ils y ont été utilisés comme taxi Jandex. Déjà assez épuisé, plusieurs, plusieurs centaines de milliers de kilomètres au compteur, mais ce qui était censé fonctionner fonctionnait toujours. J'ai trouvé le C3... également plus orienté vers un public plus âgé. Le design était d'un autre temps, un Avant mieux intégré. Mais les qualités étaient excellentes. Je n'ai vu la C2 que quelques fois étant enfant, c'était très rare pour nous. Je ne le trouve pas invitant, mais c'est plus dû à la forme. Certes luxueux par rapport à une Passat, mais Opel pouvait faire mieux à l'époque. Je crois.

  • Où êtes-vous allé

    Je sais cela! Le tout consommé par les jeunes dans les années 1980. Un copain en avait un avec un moteur haut de gamme et ne voulait que s'amuser avec la boîte.
    D'abord, il a été roulé en noir mat et a obtenu son propre personnage de dessin animé sur le capot. Plus tard, un grand graffito sur un côté, qui atteignait même les fenêtres du toit entre les piliers B et C. Une sortie (l'en-tête) a été percée, ce qui a fait un son plutôt cool...

    Cela n'avait rien à voir avec l'appréciation et la préservation. Il s'agissait plus d'une réalisation de soi post-pubère et d'une danse sur le volcan que d'un veau d'or...

    Quel dommage pour le fond et les ressources. Cette Audi est peut-être un peu étouffante (surtout comparée à un CX qui est le conservateur par excellence), mais c'est aussi le cliché parfait d'une voiture de l'époque. De nombreux panneaux de signalisation donnent encore l'impression que cette Audi a servi de modèle. Ou est-ce l'inverse et Audi a pris les panneaux de signalisation comme modèle pour le design ?

    Vous ne savez pas exactement. Mais plus de cliché et d'archétype sur 4 roues n'est guère possible. Mais le 5 cylindres était innovant. Volvo (beaucoup plus tard avec le 850/V70) s'est appuyé sur la série 5 en ligne et a reçu beaucoup d'éloges et de reconnaissance pour cette génération de moteurs, ainsi que des succès.
    À l'époque, si je me souviens bien, 4 Volvo 850 ont terminé 1er, 2e, 3e et 5e du British Touring Car Championship à la fin de la saison. Ce n'est plus un succès. C'est la domination !
    Les racines de ces 5 cylindres (même s'il s'agit de développements internes) se trouvent finalement en quelque sorte chez Audi, si je ne me trompe pas ?

    Dommage qu'ils aient tous été utilisés par des "punkers".

  • Mon père a toujours conduit des Audi 70 depuis les années 100, y compris le 5 cylindres rouge montré ici (avec 115 ch, qui me paraissait énorme à l'époque par rapport au R4 de ma mère) et jusqu'au C3 ou même C4, je ne t savoir plus précis. À l'époque, je pensais juste que c'était comme un grand-père et totalement pas cool, mais il y avait probablement d'autres raisons (même si j'étais très fasciné par la publicité Quattro avec le saut à ski, mais c'était quelque chose de complètement différent). Et oui, ils ont tous secoué. C'est pourquoi mon père s'arrêtait souvent spontanément, ouvrait toutes les portes et le coffre, sautait autour de la voiture en jurant et essayait d'aller au fond des choses. Rétrospectivement maintenant un drôle de souvenir, mais bien sûr totalement fou et infructueux.

    • Moin.
      J'ai eu mes premières expériences Audi avec l'Audi 50. Mais il serait alors rebaptisé polo.
      Salut André

  • Je pense qu'une Citroën CX n'était en rien inférieure à l'Audi en termes de confort longue distance. CX 2400 Pallas, une chaise à porteurs mais pouvant être déplacée assez rapidement.

    • Le CX était meilleur que l'Audi je pense.

    • Je pense qu'il y avait un autre français qui offrait beaucoup plus de confort - Peugeot 604; ce fut un événement lorsque M. Papa acheta la première (V6) - puis surmontée de la seconde (TD, ce qui n'était pas une si bonne décision) - le concessionnaire la posa même devant la porte d'entrée un samedi après-midi, avec la fanfare, qu'est-ce qui s'est ensuite terminé en une fête de rue spontanée 🙂

  • Le 100 a parcouru l'Amérique du Nord sous le nom d'Audi 5000 ou quelque chose comme ça. Avec de gros pare-chocs si je me souviens bien. Une histoire sujette à la rouille 🙂

Les commentaires sont fermés.