Le rêve de la conduite ouverte - 1967 Citroën DS21 Décapotable

Était-ce cette forme futuriste de la DS, la ligne aérodynamique divine, qui appelait un cabriolet ? Ou la sensationnelle lévitation hydropneumatique qui a donné naissance à l'idée du cabriolet ? Nous ne le savons pas. Ce que l'on sait, c'est qu'en 1956 les carrossiers Chapron contactent Citroën. Deux ans plus tard, Chapron a présenté la première DS ouverte, et une collaboration s'est développée qui a conduit aux cabriolets d'usine.

En fait, transformer la berline DS en cabriolet est tout sauf facile. Tout d'abord, les portes arrière doivent disparaître. Les façades sont redessinées, elles rajoutent 18 centimètres de longueur. Le couvercle du coffre doit également être repensé. L'intégration réussit de manière optimale, l'optique semble d'un seul tenant. Le couvercle est maintenant en polyester.

Il y a aussi le problème des clignotants. Comme on le sait, ils siègent dans le toit de la DS. Ceci n'est maintenant disponible qu'en tant que textile et est donc hors de question. Chapron résout le problème avec élégance. Les clignotants trouvent une nouvelle place à l'arrière des ailes et les feux arrière sont également modifiés.

C'est l'exercice le plus simple sur le chemin de la DS ouverte. Les carrossiers accèdent au magasin de pièces Citroën et utilisent les feux arrière des modèles américains.

1967 Citroën DS21 décapotable

La rentrée pour Chapron n'est pas facile

Au début, la coopération a été un peu difficile, le constructeur a fourni aux carrossiers des véhicules américains complets, qui ont d'abord été modernisés, ce qui a nécessité beaucoup de travail. La situation s'améliore par la suite et dès 1964 Chapron reçoit de Citroën des châssis complets jusqu'au pare-brise.

Les cabriolets sont l'expression de l'élégance et de l'extravagance, Citroën les vend dans le monde entier. Bien qu'ils soient appelés cabriolets d'usine, Chapron répond à presque tous les souhaits personnels du client. Aujourd'hui toujours recherchée, le design expressif est intemporel, la DS Décapotable (Cabriolet) est devenue un classique hors de prix.

Fermé – la DS y fait également bonne figure

1967 Citroën DS21 décapotable

Un cabriolet de 1967, qui représente le rêve de la conduite à ciel ouvert, est actuellement vendu par Voiture et Classique mis aux enchères. Son histoire est typique de nombreuses DS21 Décapotables. Il a été initialement livré en Amérique du Nord, comme un certain nombre d'autres DS ouvertes.

Ramenée en Europe au début des années 2000, son propriétaire actuel a acquis la DS en 2015.

Amérique du Nord - les feux arrière proviennent des modèles américains
Amérique du Nord - les feux arrière proviennent des modèles américains

Il a investi dans le cabriolet d'usine, apparemment sans tenir compte des coûts impliqués. En 2016 le moteur a été révisé, en 2022 des travaux ont été effectués sur la carrosserie, la DS a été repeinte. Les deux portes, qui avaient déjà été "incorrectement" échangées, ont été mises à niveau vers le design Chapron. La plupart des travaux ont été entièrement documentés et il existe de nombreuses photos et documents.

Noble - Collection de montres Jaeger

Résultat, le cabriolet est beau, il est sans rouille, sa technologie est comme neuve et seules de petites traces témoignent de son utilisation. L'intérieur a également été revu au fil des ans, alors qu'il n'est pas documenté, et en principe le cabriolet d'usine avec son cuir beige est proche de la nouvelle voiture.

Le rêve coûteux de la conduite à ciel ouvert

Le statut de collectionneur est définitivement donné, car la DS21 est le modèle de lifting qui est arrivé sur le marché en 1961 après la DS19. Avec le moteur plus gros et de nombreux changements, le passage de l'hydropneumatique au fluide vert, il est considéré comme particulièrement souhaitable.

Edison Radio - chronométré pour correspondre à la DS

L'exemple proposé a la fantastique collection d'horloges Jaeger dans le cockpit que l'on trouve dans les véhicules à prix élevé. La radio d'Edison est contemporaine et pose la question de savoir ce que pourrait valoir le DS21 Décapotable.

En Allemagne, les prix à six chiffres des cabriolets d'usine sont désormais une habitude. Le Enchères le DS21 Décapotable va bon train, et il est bien certain que la barre des 100.000 XNUMX € sera également dépassée ici.

Avec des images de Car & Classic

9 commentaires sur “Le rêve de la conduite ouverte - 1967 Citroën DS21 Décapotable »

  • Ma voiture de rêve, toujours. Mais tous les rêves ne doivent pas se réaliser….
    Et attention, comme pour de nombreuses voitures très recherchées, RS, GTI, GSR, etc., il y a aussi beaucoup de contrefaçons ici.

  • ... et l'enchère actuelle est déjà à 110.000 XNUMX 🙂

    Pour moi, la DS Décapotable est l'une des plus belles choses qui aient jamais été montées sur quatre roues. Et si je les vois réellement dans la vie de tous les jours, pour laquelle les chances en Autriche sont particulièrement mauvaises, alors la journée est sauvée 😉 La dernière fois, c'était il y a quelques années ; il y avait un petit convoi de déesses, dont une décapotable, sur l'Autobahn.

  • Une magnifique voiture d'une époque glorieuse. Malheureusement, vendre toutes les Saab et augmenter l’hypothèque n’est pas une alternative.

  • Juste magnifique.

    Jamais de ma vie je n'ai été dans une voiture (y compris me marier dans une très belle vieille Bentley) que je n'échangerais pas contre celle-ci sans sourciller.

    Berlin regorge d'AMG et de Brabus en centre-ville, tous noirs (mats). Ils ne coûtent pas moins d'argent de protection, d'argent noir ou d'argent de la drogue. Si la clientèle avait plus de goût, elle serait beaucoup plus sympathique aux résidents du loft vert - même sur les pistes cyclables et le stationnement en 2e rangée. La ville serait bien plus sympa avec plus de classiques...
    Mais les interdictions de conduire menacent. C'est la faute des criminels du clan eux-mêmes.

    J'ai peur que la clientèle se déplace ensuite vers la périphérie. Pour de tels gars, ils sont plus proches que de passer d'une Classe G Brabus à un vélo cargo. Mais cela n'a pas d'importance pour les résidents du loft vert. Ensuite, ils ont leur Disneyland vert et un peu de persil sur le toit-terrasse donne la bonne sensation d'autonomie. Des tonnes de CO2 et de matériaux d'emballage sont économisés - dans un monde idéal, à Disneyland sans Brabus.

    Je digresse. Une voiture merveilleuse. Tout simplement trop beau pour cerner le conflit entre les quartiers intérieurs et extérieurs. Je suis étonné que cela fonctionne toujours et qu'il soit en quelque sorte plausible. Monde fou …

    • Tant d'esthétique, c'est trop pour aujourd'hui. Nous ne conduisons que des carrés, de grosses boîtes noires et nous nous soumettons aux diktats de la foule. L'esthétique était hier et nous obtenons ce que nous méritons évidemment.

    • Oui, votre commentaire totalement hors sujet :-), mais je me suis quand même beaucoup amusé avec le résumé pointu de Volvaab sur la confrontation dans le centre-ville des voitures du clan noir mat avec les vélos cargo verts - sans oublier, y compris le danger que j'étais complètement inconsciente à ce jour du déménagement des Luden & Co. en périphérie (est-ce que ce serait tellement pire pour les gens là-bas que pour les gens de la ville ? ;-)) Tout simplement délicieux !

      Nous partageons également l'aversion pour les voitures mates - qu'une certaine clientèle semble trouver mortellement chic. Je les trouve juste laids comme l'enfer. Je suppose que je vieillis juste...

      • Bien sûr, ce n'est pas fondamentalement pire pour les gens à la périphérie de la ville que pour les gens du centre-ville. Et je trouve même ça drôle quand les criminels du clan ont le choix de conduire des vélos cargo au lieu de Brabus ou simplement de se déplacer...

        Mais il est aussi peu coûteux pour les bio-Allemands, dans les deux sens du terme, de réagir aux conflits des quartiers défavorisés par des mécanismes de répression...
        Dans leur territoire nouvellement conquis (la périphérie), les « expulsés » font preuve d'une agressivité et d'une intolérance sociale que je n'ai jamais observées (jusqu'à il y a 10 ans, moi-même citadin). Pas étonnant. Nouveau territoire, nouveau combat...

        Deux exemples (expérience personnelle) :
        Arrêtez-vous (ne vous garez pas !) devant l'allée d'une maison unifamiliale pour laisser sortir un enfant. La porte d'entrée s'ouvre immédiatement et deux personnes sortent et m'insultent. Un malentendu, je pense, sors, veux te calmer. Veuillez me rassurer que je n'ai laissé mon enfant sortir qu'un instant et que je repartirais en réalité... Désescalade ?
        Même pas proche. Cela n'a pas d'importance. Je n'aurais aucune affaire devant leur maison et leur propriété (terrain public) et probablement aucune moi-même et pas de permis de conduire, je suis antisocial et sans éducation, cela ne vaut même pas la peine de me faire polir le visage...
        Puis ils ont disparu dans la maison, me laissant sans voix et sans défense. Et moi, idiot, j'avais pensé qu'ils étaient sur le point de partir précipitamment, peut-être avait-il une bonne raison inconnue pour moi d'être si dur avec moi à ce moment-là ?
        Mais c'était en fait complètement sans raison !

        Deuxièmement, une voiture qui doit céder le passage fonce vers moi dans une zone 30. Petite rue étroite et je suis sur le trottoir de droite, ma voie libre. Il a beaucoup d'occasions de se ranger à droite (allées, parkings, estuaires), freine brusquement et au dernier moment devant moi et fait le meilleur chien. Je devrais chasser ma boîte à ordures (mon bien-aimé 9-5 SC) à l'écart. Sinon il sortirait...

        J'avais 2 enfants dans la voiture qui étaient censés arriver à l'heure à l'école et ne pas voir de violence le matin. Alors j'ai reculé timidement à gauche, contre le sens de la marche et StVO dans un espace, pour ne pas irriter le nouveau top dog anarchique de la banlieue.

        J'attends toujours avec impatience les centres-villes sans voiture. Peut-être alors les banlieues seront-elles multiculturelles et culinaires améliorées ? Pour le moment je ne vois aucun effet positif. Le Brabus, le Lude et les conflits sont déjà là, la nourriture parfois très bonne et pas chère du monde entier reste pour l'instant un privilège des résidents allemands du loft intra-urbain et doublement bio...

  • Merci beaucoup pour ce magnifique documentaire unique.

    • Je suis d'accord. Quel rêve d'un cabriolet!

Les commentaires sont fermés.