Rétromobile Paris 2023 – Citroën SM Prototype (1973)

Le Rétromobile de Versailles est l'un des événements européens les plus passionnants en matière d'amour des véhicules anciens. Le grand passé automobile de la nation française commence à briller une fois de plus pendant une brève période, et des marques comme DS profitent de l'élan pour transporter quelque chose d'alors dans le présent.

En amont de Rétromobile le 1er février, nous présentons deux jalons de la culture automobile française, qui seront exposés aux côtés des véhicules modernes sur le stand DS Automobiles. Pour DS, la marque automobile parisienne, Versailles est un match à domicile qui ne devrait pas être déçu. Un passionnant prototype Citroën SM a donc été tiré des magazines bien remplis d'artefacts automobiles.

Prototype Citroën SM (1973), photographie de 2005
Prototype Citroën SM (1973), photographie de 2005

Citroën SM Prototype (1973)

Quand j'étais jeune, la SM était la voiture la plus excitante jamais construite en France. Un SM, il était de couleur or, on le voyait encore et encore dans ma ville natale. En province, une SM, à l'époque déjà une vieille voiture d'occasion, était encore bonne pour le spectacle. Car, sous le capot outrageusement long, se cachait un moteur Maserati.

Un prototype de 1973 roule Voitures DS dans les phares de rétromobile. Quoi, 1973, les lecteurs plus âgés diront maintenant, et ils commenceront à faire le calcul. C'est vrai, la SM est arrivée sur le marché à l'été 1970 et seulement 5 ans plus tard, le rêve était terminé.

Prototype sur un chemin forestier, photographié en 1977
Prototype SM sur un chemin forestier, photographié en 1977

Que prévoyait Citroën avec le prototype SM ?

Le véhicule présenté a servi de voiture d'essai pour examiner le comportement de conduite de la Citroën SM et l'hydropneumatique à des vitesses particulièrement élevées. L'accélération, la traction et la stabilité directionnelle doivent être testées et améliorées. À bord du prototype, il était possible de modifier les paramètres du châssis même pendant la conduite. La répartition de la charge et la rigidité de l'hydropneumatique pourraient être modifiées. La SM a servi de base aux modèles de course Citroën, qui ne devraient pas être uniquement basés sur la SM.

Prototype SM avec 340 ch et 285 km/h

Quiconque a traité le sujet de l'hydropneumatique et de Maserati va maintenant avaler difficilement. Le SM était en fait une combinaison impossible de (doux) hydropneumatique et une Maserati V6 assez robuste. En fait, on dit même qu'il y a des gens qui classent la machine Maserati comme inculte et non adaptée au SM.

Exposition, Les Secrets de Citroën, 1977 à l'ancien siège social, Quai de Javel
Exposition, Les Secrets de Citroën, 1977 à l'ancien siège social, Quai de Javel

Cependant, la SM a puisé une partie de sa magie dans l'attrait des contrastes. Le fait que Citroën voulait sérieusement être plus sportif est démontré par les données du prototype. Le moteur de 340 litres avec les trois doubles carburateurs Weber délivre une puissance impressionnante de 3 ch, sa vitesse de pointe est de 285 km/h. Les performances de conduite devaient être époustouflantes à l'époque, car le prototype ne pèse que 1.169 XNUMX kilogrammes.

Prototype SM à Rétromobile

En fait, le SM de la série dans la version d'expansion la plus élevée atteint un maximum de 180 (et 178) PS. En 1972, cela suffisait pour une vitesse de pointe de plus de 220 km/h, faisant de la SM l'une des plus rapides du pays.

Le prototype est resté en service chez Citroën après la fin de la production de la SM. Les images des archives de l'entreprise datent de 1977. A cette époque, la SM était présentée à un public plus large. L'exposition publique au siège historique du quai de Javel à Paris s'intitulait à juste titre "Les secrets de Citroën". 46 ans plus tard, la SM est de retour sur la grande scène. Du 1er au 5 février on peut le voir lors du Rétromobile.

Avec des images de DS Automobiles

6 commentaires sur “Rétromobile Paris 2023 – Citroën SM Prototype (1973) »

  • Déjà une grande chose dangereuse, ce SM. Mais c'est à peu près sûr qu'elle ne gagnera pas de prix de beauté 🙂

  • Quelle machine SM... à couper le souffle et même pas 1,2 tonne. "facile" :-). Merci pour ce super reportage !
    Merci aussi aux deux précédents acteurs du blog pour la Schmunzette ;-), merveilleux.
    À l'âge de la confirmation, je n'ai pu/autorisé que quelques expériences SM "en direct". Je pense que mon lieu de vie était trop provincial pour le SM...
    Si oui, alors de couleur or. Très noble.

    • Je ne connais que le SM qui vit dans l'or, seulement depuis l'enfance. De films ou ici en tant que modèle mais aussi en bleu foncé. Les pare-chocs et autres chromes prennent tout leur sens. Je l'aime aussi beaucoup - surtout que sur les classiques et parce que les pare-chocs chromés étaient déjà menacés d'extinction avant 1975, et bientôt après ils le seront aussi.

  • Semble assez aventureux et dangereux. 285 km/h, c'est une vitesse folle, et cela sans ABS, airbags et autres ? Un temps fou de courage ! Classer!

    • Et c'est ce que vous dites ? Vous avez livré les trois carburateurs doubles, Herr Weber.

      Avez-vous peut-être trois 45 Weber en stock pour moi ? Juste me suffirait. On dit que cela amène une Volvo 164 E jusqu'à 240 ch. Est également plus agréable dans le compartiment moteur que l'injection standard (160 ch). Trop et trop petit. Seuls 12 câbles posés à découvert pour les 6 injecteurs ...

      C'est drôle que le premier commentaire sous une voiture avec essentiellement 6 (!) carburateurs Weber (3 doubles) vienne d'un Weber de toutes les personnes 😉

      Différentes époques à l'époque, certainement! L'absence d'ABS ne me vient même pas à l'esprit en premier. Avec ma 164, qui a l'année de construction en commun avec l'apparition de la SM (un autre parallèle serait la fin de production en 1974/1975 selon le marché de vente), c'est surtout la direction & le châssis. Je l'ai fait à 180 une fois pendant quelques minutes et je ne suis jamais sorti. C'était comme 240 pendant une heure.

      De plus, aujourd'hui, on ne veut plus savoir combien un moteur atmosphérique avec autant de carburateurs et 340 ch aurait pu avaler. Néanmoins, un appareil chaud, ce véhicule d'essai. Et oui, définitivement un enfant de son temps.

      • Merci, délicieux ! C'était probablement mon grand-père qui était responsable de la batterie du carburateur !

Les commentaires sont fermés.