DS Automobiles 2022 avec des résultats records en Allemagne

J'aime les petites marques de voitures, elles sont le sel fin de la soupe du monde automobile. Sans les petits, les innovateurs un peu différents du grand public, la galaxie automobile serait plutôt fade. Depuis des années, je suis avec une certaine sympathie l'évolution de DS Automobiles, la descendante extravagante et chic de Citroën. Établir une nouvelle marque n'est jamais facile, il faut de la persévérance, les bons produits et un sens aigu des clients potentiels.

2022 a été une année record pour DS Automobile, un joli plus de 91% en Allemagne au 31.12 décembre. dans les statistiques. C'est excitant et ça me rappelle des souvenirs de 2011. Pourquoi ? Continuer la lecture.

DS Automobiles avec des chiffres records en Allemagne

Résultat record en Allemagne

DS Automobiles a pu immatriculer près de 4.000 2022 véhicules neufs en Allemagne en 3.955. Exactement, il y en a 2 35, surtout la poussée finale de la seconde moitié de l'année a été impressionnante. Il y a maintenant 64 lieux proposant l'avant-garde française. 82% de toutes les immatriculations sont électrifiées, au sprint final pour la prime à la voiture électrique en décembre c'était même XNUMX%.

Mois changement contre Année précédente depuis janvier (YTD) changement contre Année précédente
Juillet 322 + 43,8% 1 368 + 8,2%
Août 288 + 176,9% 1 656 + 21,1%
Septembre 295 + 64,8% 1 951 + 26,1%
Octobre 509 + 176,6% 2 460 + 42,1%
Novembre 594 + 301,4% 3 054 + 62,5%
Décembre 901 + 374,2% 3 955 + 91,2%

Les chiffres, ventilés par séries, sont également intéressants. De la DS 7 de l'année dernière modifié était, 1834 nouvelles voitures sont venues sur la route. Le nouveau DS 4 (qui a aussi des fans internes au blog) fait état de 1.140 3 exemplaires, les seuls véhicules DS 863 XNUMX purement électriques disponibles.

La DS 9 est et restera exclusive

Exclusif, ce qui était à prévoir, ce fut le cas avec le DS 9. La grande DS, vaisseau amiral au design soigné de la marque automobile parisienne, est arrivée sur le marché en 2022 avec 118 unités.

Les perspectives pour 2023 sont plutôt bonnes en termes de développement futur. Dès le 16 janvier, DS Automobiles lancera une campagne TV pour la DS 7 en Allemagne et en février le nouvelle DS 3 chez les concessionnaires. C'est plutôt bon (déjà vu dans la nature) et avec de petites retouches et innovations techniques, il semble plus mature et précieux que le DS 3 Crossback, le modèle précédent.

Les chiffres d'immatriculation pour 2022 ont été un petit retour en arrière pour moi. Parce que DS Automobiles est maintenant à peu près là où Saab Automobile voulait être en Allemagne en 2011. 3.955 4.060 unités, contre le prévu et jamais atteint 2012 4.454 pièces. Pour XNUMX, Saab voulait vendre ici XNUMX XNUMX voitures neuves. Tout parie que DS Automobile fera craquer cette marque avec la nonchalance parisienne.

Avec les données de la KBA et les médias de DS Automobiles

3 commentaires sur “DS Automobiles 2022 avec des résultats records en Allemagne »

  • La marque est encore jeune, les modèles sont encore plus jeunes. Et c'est un spin-off de la marque au double chevron...

    Ne faut-il pas se méfier des chiffres, raison doublement justifiée ? Chaque DS n'est-elle pas aussi un double angle de moins depuis que DS est devenue une marque propre à partir d'une ligne d'équipement ?

    N'y a-t-il pas des clients réguliers qui sont aujourd'hui responsables de la croissance rapide de DS ? Mais en principe, ne sont-ils pas simplement réaffectés au sein du groupe ?

    Se pourrait-il que cette "astuce de réservation" suggère une réussite de gestion qui ne résiste pas à une inspection plus approfondie ?

    C'est juste une pensée. Mais mathématiquement il serait facilement possible de cannibaliser un peu la marque au double angle à travers le spin-off et de réécrire cette décision indépendamment du résultat global sous le radar en utilisant les statistiques d'enregistrement et les taux de croissance de DS comme une success story personnelle de les responsables.

    Une nouvelle marque n'a généralement ni fans ni un seul client régulier. Ils doivent d'abord être laborieusement conquis et convaincus. Pas si facile de les nourrir. Avec DS, tout est différent. Chaque Citroëniste sait qu'il y obtient son prochain sur-double angle...

    Le seul critère sensé pour évaluer la décision de la direction de se séparer est de comparer honnêtement et ouvertement le canibalisme qui a sans doute lieu chez Doppelwinkel à la performance de DS.

    Il me manque les chiffres. Pour l'instant je ne suis ni convaincu du sens ni de l'absurdité de ce spin-off. Néanmoins, je suis fermement convaincu que les responsables feront de leur mieux pour les présenter comme significatives et réussies. Oui, quoi d'autre ?

    Toute nouvelle immatriculation pouvant être réservée sous DS au lieu de Citroën est la bienvenue. L'essentiel est que cela n'apporte rien au groupe, mais pour le management, ses bonus et son patrimoine personnel, l'accueil du spin-off est un très gros enjeu.

    • Je soupçonne également que ce n'est qu'un jeu de chiffres au début, mais je ne suis pas convaincu que cela ne fera rien à l'entreprise. L'arrière-pensée aura probablement été que les automobiles DS devaient se positionner plus haut que Citroën. Le prix sera le même, et si c'est bien fait, le résultat net est plus rentable, même si le nombre total d'articles reste le même.
      On voit si ça a été bien fait dans trois à six ans quand PSA ne sait plus quoi faire de l'argent... 🙂

  • Je dois admettre que j'ai hâte de voir à quoi ressemblera l'avenir de DS. Les petits fournisseurs ont plus de difficultés aujourd'hui qu'à l'époque de Saab, même s'ils sont intégrés dans une grande entreprise.

    Dans notre région, de plus en plus d'Aiways, Lynk & Co, Polestar et MG débarquent dans les rues. Les voitures chinoises attaquent, c'est tout, mais certainement pas à l'aise. DS y survivra-t-il ?

Les commentaires sont fermés.