Le désastre. Quand Talheim devient Waterloo.

Noël est considéré comme le moment calme et tranquille en Bavière. Au tournant de l'année, Corona semble encore loin, et j'utilise mon temps libre pour réfléchir à mon projet 9-5. Le Saab est en sécurité à Talheim, je prévois pour janvier. En principe j'aime beaucoup l'équipement Arc, seule la façade est un peu conservatrice.

Pas de Saab de Talheim

Je pense à une conversion à l'optique aérodynamique, cela donnerait à la berline suédoise une apparence plus sportive. Je recherche et surfe, découvre à Aero World Allemagne un masque avant usé. Il y a une réduction spéciale pour Noël, le prix est correct à un peu moins de 200,00 €. Le 26.12 décembre l'Aero Front est commandé avec un volant. Je reçois la notification d'expédition le 30 décembre, le traitement est rapide.

Les marchandises arrivent au hangar quelques jours plus tard. L'état de la façade, qui est qualifié de bon, n'est pas entièrement confirmé, la pièce a été préalablement remplie et repeinte. Mais le traitement très rapide et le prix spécial à Noël compensent complètement. Tout bon!

Les jours passent lentement, j'attends avec impatience ma nouvelle Saab. De temps en temps, je regarde sur Internet. Oui, il est toujours là, tout est comme promis. C'est enfantin, mais les hommes et leurs jouets sont toujours quelque chose de spécial. Le 7 janvier est enfin au calendrier. J'ai pris le samedi suivant et j'ai embauché un ami comme chauffeur pour récupérer le Saab.

Et puis, à l'improviste, le tranquille Talheim devient soudain mon Waterloo. Le désastre commence par un coup de téléphone.

Mais pas de Saab de Talheim

La 1ère tentative. Je ne peux pas contacter M. Lobmüller. Le patron n'est pas dans la maison, me dit l'employé. Je suis censé réessayer dans une heure. La 2ème tentative. Le patron est ici maintenant. Mais pas pour parler. Et d'ailleurs, la dame continue au téléphone, la Saab a déjà été vendue. À un client. Merci et au revoir.

Aucun regret, aucune explication. Pendu. C'était donc ça. Je suis sans voix et assez énervé. Peut-être ai-je été trop gâté ces dernières années. Jusqu'à présent, l'équipe Saabblog a été bien servie par les ateliers Saab, parfois même le tapis rouge virtuel est déployé. Dans le cas de Lobmüller, je me suis volontairement passé du contenu du Saabblog. Je voulais une vraie histoire. Non filtré et tel. J'ai le reçu maintenant!

Pour être clair: il n'y avait pas de contrat entre Lobmüller et moi. Juste un coup de téléphone et un accord. Le droit de vendre la Saab n'importe où était à Talheim à tout moment. Et bien sûr, vous pouvez oublier quelque chose, surtout pendant les vacances et le réveillon du Nouvel An. Des excuses, un «désolé» au téléphone aurait été bon pour sauver la situation. Mais comme?

Je suis frustré et en colère

En colère contre Lobmüller et ses manières impies. Frustré, parce que je continue de chercher et je ne trouve rien. Cela se passe comme ça en janvier, et pendant ce temps, Corona se propage à travers l'Europe. Les Allemands ne le prennent pas encore vraiment au sérieux. Cela va bientôt changer. A la fin du mois je trouve un 9-5 intéressant sur le net. En principe, c'est trop beau pour être réel. Bien sûr, il y a encore un problème.

Parce que la Saab n'est pas vendue en Allemagne. Et les nuages ​​corona noirs se rassemblent à l'horizon.

Vous pouvez trouver toutes les contributions précédentes au projet Gentleman Cliquez ici .

Réflexions 12 sur “Le désastre. Quand Talheim devient Waterloo. »

  • @Mr Hirsch / Pilote Volvaab:
    Je ne lis pas le blog (avec grand plaisir) pour juger. Au contraire, mon commentaire visait à fournir plus de détente, précisément parce que nous ne connaissons pas les raisons du côté de Lobmüller (que j'ai également connu comme un porteur de drapeau calme et engagé (et plus que «juste» cela)) - très factuelles, très calme 🙂

    (Je voudrais également recevoir un appel si vous annulez; la communication est ce qui définit l'interaction humaine et, à mon avis, est l'une des pierres angulaires d'une vraie solidarité et pas seulement côte à côte)

  • @all En principe, il ne faut pas oublier que ce sont des acteurs comme Lobmüller qui écrivent l'histoire. Je leur dis juste. Si Lobmüller n'avait eu qu'un soupçon de regret envers le client inconnu, j'aurais vérifié à nouveau et (vraisemblablement) amené l'histoire à un résultat intermédiaire explicatif et conciliant.

    Et personne ne regrette plus que moi que nous n'ayons pas une histoire positive de Saab de Talheim sur le blog. Parce que lors de visites précédentes, j'ai eu une très bonne impression d'un petit concessionnaire automobile engagé.

    3
    1
  • La Haute Cour (@ Saabansbraten & Roland)

    J'ai compris l'article de Tom différemment. Il ne s'agissait certainement pas de discréditer un concessionnaire ou un service Saab pour en faire un autre encore plus glamour.
    Il y en a trop peu pour cela et la république est trop grande.

    Chaque concessionnaire automobile a garanti qu'il y avait aussi des acheteurs peu fiables et désagréables.
    Et sans acompte et contrat de vente signé, une réservation ne vaut pas grand-chose - en tout cas moins qu'un acheteur spécifique agitant de l'argent, debout devant la porte avec une pression positive.

    Mais comment cette expérience aurait-elle dû être décrite autrement? Et qu'est-ce qui a empêché exactement le concessionnaire d'investir un court appel téléphonique dans la dernière perspective concrète?
    Cela aurait été beau et juste, n'est-ce pas?
    Ni plus ni moins ...

    4
    1
  • En lisant, nous ne connaissons pas les raisons du côté de Lobmüller et il serait imprudent de juger davantage. Je pense que chaque concessionnaire - y compris ceux qui continuent d'agiter les drapeaux SAAB - est heureux d'un véritable achat et d'un budget avec lequel travailler. Dans le cas d'un client qui a effectué un achat permanent et qui reste ensuite éventuellement dans sa propre entreprise (ainsi qu'un client atelier), c'est l'état souhaité. Malheureusement, Tom avait les moins bonnes cartes à ce stade 🙂

    4
    1
  • Même si ce n'était pas agréable, vous pouvez peut-être donner une mauvaise journée à un concessionnaire Saab.
    Sinon, c'est un concessionnaire très gentil et compétent qui vous emmène dans un voyage dans le temps à l'époque où Saab avait plus ou moins de succès.
    Il y a aussi des histoires très laides sur un marchand de l'extrême nord du nord qui est toujours mentionnée ici comme très louable ...
    Là où il y a beaucoup de lumière, il y a toujours de l'ombre

    4
    2
  • @ Ken-Daniel On dirait qu'il ne l'est pas. Dans tous les cas, il a un arc 9-5 très agréable et soigné. Je lui donne.

  • Si l'acheteur était un lecteur de blog ... ferait-il un rapport ici?

    5
    1
  • C'est vraiment extrêmement ennuyeux. Si même un acompte ne fait rien pour justifier votre intention d'acheter, alors je ne sais plus. D'un autre côté, je ne veux pas savoir à quelle fréquence les acheteurs de voitures réagissent aux appels téléphoniques et ne me contactent jamais ou du moins ont la décence d'annuler.

  • Quand je l'entends comme ça (Tom & Aero-9-3), je suis vraiment content de ne pas l'avoir vécu moi-même. Ou ai-je simplement réussi à supprimer une telle expérience? Peut-être aussi ...

    5
    2
  • Incroyable ce comportement. Dan se met vraiment en colère.

    5
    3
  • C'était une très belle ………. Sentiment. Comme c'est cruel.
    Le «sans contrat» s'est amèrement vengé ... Ne sont que des concessionnaires (automobiles). Le mot hanséatique ne s'applique probablement qu'aux marchands.
    J'ai également vécu une situation comme celle-ci: j'ai fait une réservation ferme pour le SAAB chez le concessionnaire, j'ai même offert un acompte, qui a été gentiment refusé et annoncé ma venue pour le samedi suivant. Mon instinct m'a dit le vendredi avant (3 jours plus tard), appelez à nouveau et annoncez votre retour demain (!). Réponse: le SAAB est vendu. Un concessionnaire avec une remorque était là hier et a immédiatement emporté le SAAB. Parlez-vous bientôt. Période, hors de la souris. J'étais énervé. Probablement similaire à Tom ...

  • Oh là là, ça peut être vraiment frustrant. Une vraie compassion - mais peut-être que quelque chose de mieux suivra?

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. En savoir plus sur le traitement de vos données de commentaire.