Saab et le six cylindres - rumeurs et vérités (1)

Saab et le six cylindres. Une relation qui n'a jamais été facile. Le premier six cylindres s'installe dans le 1993 II et le 900 à partir de 9000. Une unité GM, qui valut rapidement au moteur la réputation d'avoir été adopté de force par les Suédois sous la pression des Américains.

Depuis, les fans sont étrangers à ces 6 pots, ce qui est bien dommage. Car du 9000 au 9-5 NG, les moteurs ont toujours été agréables à conduire. Est-ce vraiment la pression de Detroit qui a poussé Saab à inclure des six cylindres au programme ? Une recherche d'indices qui passe par le déblayage des préjugés.

Saab et le six cylindres. Le V6 dans le 9000. Forcé par GM?
Saab et le six cylindres. Le V6 dans le 9000. Forcé par GM? Image: Saab Automobile AB

Le marché dans les années 80

À Göteborg, ils avaient un moteur à six cylindres, mais pas à Trollhättan. Le fait est que si vous vouliez jouer une chanson dans la classe supérieure, vous deviez avoir au moins 6 pots sous le capot. En 1971, Volvo a rejoint le consortium de Peugeot et Renault, qui a formé le 1974 en tant que Europe V6 lancement du moteur PRV connu. En Allemagne, Daimler et BMW construisaient traditionnellement des moteurs fabuleux avec de nombreux cylindres, et en Amérique du Nord, il n'était même pas possible de penser à une classe de luxe sans une cylindrée généreusement distribuée avec un V6 ou un meilleur V8.

Le Japon est également entré sur le marché avec des moteurs à six cylindres et la division automobile de Saab AB a reconnu la nécessité d'agir à Trollhättan. Des années avant que les Américains ne rejoignent Göta Älv.

Il est donc faux que GM Saab ait poussé le six cylindres dans la gamme de modèles. L'inverse est le cas, puisque Saab recherche activement une solution avec plus de 1986 cylindres depuis 4. Le besoin s'est fait sentir en 1985 lorsque la première génération de 9000 est sortie des chaînes de montage.

La classe de luxe Saab a besoin de moteurs à six cylindres

Avec le lancement de la première classe de luxe Saab, il y avait de nouveaux moteurs à 4 cylindres et 2 litres de cylindrée. Ils provenaient de l'usine de Södertälje, à l'époque probablement l'usine de production de moteurs la plus moderne au monde. La direction a rapidement reconnu la demande pour plus de cylindrée, le développement du moteur 2,3 litres avec arbres d'équilibrage a commencé peu de temps après l'introduction du 9000. Le moteur, introduit plus tard sous le nom de B234, est devenu un succès et une légende. Certains le voient comme le meilleur moteur Saab de tous les temps.

Alors que le quatre cylindres agrandi était la bonne solution pour l'Europe, l'important marché nord-américain exigeait encore plus de cylindrée et, surtout, plus de cylindres. Les moteurs à 6 ou 8 cylindres étaient obligatoires dans la classe supérieure, Saab a vu l'absence de transmissions à six cylindres comme une perte imminente de part de marché.

Pour cette raison, la recherche d'un moteur adapté a commencé à Trollhättan en 1986. Kent Gustafsson et Stig-Gösta Johansson du développement des moteurs ont été chargés de tester divers entraînements à installer dans le 9000 et leur adéquation au marché américain.

Le monstre Saab. La première tentative avec un six cylindres, qui se compose de deux moteurs 3 cylindres. Jamais entré en série
Le monstre Saab. La première tentative avec un six cylindres, qui se compose de deux moteurs 3 cylindres. Jamais entré en série. Image: Saab Automobile AB

Mais d'où doivent venir les moteurs ? Tous les fabricants n'étaient pas disposés à coopérer avec les Suédois. Et la liste des lecteurs possibles était gérable. Saab s'est appuyé sur des moteurs transversaux et une traction avant, ce qui a automatiquement éliminé un certain nombre de candidats. Au final, Ford, Mazda et Alfa Romeo sont restés. De plus, il existe une quatrième société dont la coopération est surprenante, ne serait-ce que parce qu'elle peut être exclue en tant que fournisseur de moteurs six cylindres à la fin des années 80. Un voyage dans le passé de la marque, compilé avec du matériel des vétérans Saab de Trollhättan. Cela commence en Allemagne.

Le contact avec les usines allemandes de Ford a toujours été bon. La Ford V4 de la Saab 96 a sauvé la vie de la petite marque, pourquoi ne pas vous renseigner à nouveau à Cologne?

(Allemand) Moteur Ford V6 pour Saab

L'usine Ford à Cologne a produit un moteur V6 de 2,9 litres de cylindrée, qui a également été utilisé dans le Scorpio. Le moteur lui-même est une construction ancienne. Équipé d'un arbre à cames central, il était basé sur la famille de moteurs V4 déjà utilisée dans la Saab 96. L'avantage: vous auriez pu reprendre la production du moteur et continuer à le produire chez Saab-Valmet en Finlande.

Au printemps 1986, le moteur Ford a été installé sur un 9000 par une entreprise de Hengelo, aux Pays-Bas. Le Ford V6 a été testé avec le système automatique ZF utilisé par Saab dans la grande région de Hambourg. Ensuite, le projet a reposé jusqu'en 1988 pour être réévalué lorsque les Suédois ont essayé plus de moteurs. Le variateur n'a pas pu convaincre les ingénieurs, la configuration n'a été certifiée que comme une maniabilité acceptable.

(Américain) moteur Ford pour Saab

Alors que le Ford V6 de Cologne était antique et ennuyeux, Ford avait un fer chaud dans le feu aux États-Unis. la SHO V6 a été développé par Yamaha et était basé sur la famille de moteurs Vulcan. L'abréviation "SHO" signifiait Super High Output, et vous pouvez déjà dire d'après le nom que c'était juste une autre époque à l'époque. Cependant, le moteur correspondait mieux au concept de performance de Saab que l'unité du Rhin. C'est ce qu'ils pensaient à Trollhättan.

Tuyaux d'admission variables, deux arbres à cames en tête, culasse en aluminium. Tout était high-tech et révolutionnaire en 1988. En fait, les Américains ont refusé de vendre des moteurs aux Suédois. Un seul moteur est arrivé à Trollhättan via un détour avec l'aide du partenaire de Saab, American Sunroof Corporation (ASC). Et c'était difficile à installer.

L'électronique a dû être largement adaptée, Ford a évidemment pris des chemins complètement différents de Saab. Mais, l'atelier moteur a noté, en dehors des problèmes électriques, le V3 SHO de 6 litres avec 223 ch serait le moteur idéal pour la 9000.

Les performances, le comportement de conduite et l'évolution du bruit correspondaient à ce que l'on espérait. Et le moteur aurait été visuellement beau, même sans revêtement en plastique, ont-ils remarqué en Suède.

Cologne voulait vendre des moteurs à la Suède, mais pas Dearborn. Tout comme le siège de Ford n'est pas d'humeur à acheter Saab et préfère rejoindre Volvo. Mais il y a encore de l'espoir japonais. Et Alfa Romeo. Et une entreprise complètement différente qui est ambitieuse. À l'époque, il n'y avait pas de six cylindres dans sa gamme. Pas celui que les clients pourraient acheter. Mais Saab le fait. D'accord?

Vous trouverez la suite avec la deuxième partie de l'histoire des six cylindres Saab ici.

18 commentaires sur “Saab et le six cylindres - rumeurs et vérités (1) »

  • Peu importe et qui que ce soit ...

    Sur la liste de souhaits des Turbo Rollers 3.0 L et 24V auraient dû être. Un aspirateur moderne et aussi grand que possible, plus facile à comprendre pour les journalistes et les acheteurs conservateurs que le 2.3 de l'Aero ...

  • Vous vous demandez peut-être quels moteurs auraient pu s'intégrer assez facilement dans la 9000?
    Tout d'abord, les lecteurs des modèles techniquement liés Fiat Croma, Lancia Thema et Alfa 164 devraient venir à l'esprit.

    Alfa Romeo est déjà mentionné dans l'article, le Croma n'a obtenu que le six cylindres dans les années 90, probablement de l'Alfa 155, le sujet qui contenait une variante du moteur PRV. Cependant, Lancia a vendu le modèle complètement sans problème et probablement beaucoup aux clients, il ne correspond donc pas vraiment à la description ci-dessus.

    Le moteur PRV a également été trouvé dans diverses autres voitures, par exemple dans la Renault 25, là aussi dans une version turbo. Saab ne voulait probablement pas vraiment de turbo pour les États-Unis et les clients pouvaient également facilement acheter un R25 V6.

    C'est pourquoi Peugeot peut être exclu, car certains modèles avec des variantes du moteur PRV sont produits depuis longtemps. D'un autre côté, Peugeot avait repris Citroën et la XM devait se procurer un six cylindres que Citroën n'avait plus depuis longtemps.
    Avec Citroën au lieu de Peugeot, la description aurait en quelque sorte un sens. La prochaine bonne question serait de savoir pourquoi Saab a demandé à Citroën au lieu de Peugeot.
    Citroën était peut-être responsable du développement de la version moteur à 24 soupapes (plus avant-gardiste que celle à 12) et si Saab l'avait voulu, Citroën aurait été le contact logique. Mais c'est juste une supposition de ma part que je ne peux pas prouver. Cependant, cela correspondrait à la description de l'article.

    Soit tout est maintenant clair, soit il ne reste plus qu'à attendre que la deuxième partie soit résolue 😉.

  • Le six cylindres n'avait-il pas de problèmes thermiques (diesel et essence)?

  • Mazda! Saab avait des contacts là-bas!

  • Je ne sais pas pourquoi mais je penserais à Suzuki ......

  • L'énigme ne me laisse pas seul 🙂

    Ma suggestion avec le Princess 2200 était absurde. Un 6 cylindres d'environ 102 ch aurait eu suffisamment de couple, mais n'aurait pas été compétitif.

    Et alors?

    Le moteur boxer 6 cylindres de la Citroën DS était trop tôt, Walter Becchia a conçu ce moteur au début des années 50, malheureusement ce moteur n'a pas atteint la production en série.

    Le PRV 6 cylindres était couplé à une traction avant au moins dans la Renault 30, mais n'était que partiellement compétitif, mais restait un véhicule intéressant.

    Peut-être une conversion d'un V8 à un V6?
    Difficile également à imaginer, la Citroën SM avec moteur Maserati - également à traction avant - doit être mentionnée ici.
    Ou même les Tatra 603 ou 613/700? Une conversion d'un V8 à un V6 serait également possible ici - mais les moyens financiers faisaient défaut.

    Tom a mentionné une entreprise ambitieuse, mais qui n'avait pas encore de 6 cylindres dans son programme. Cela ne pouvait être qu'Audi avec le maniaque de la technologie Ferdinand Piech. À cette époque, l'Audi 5 ne pouvait pas accueillir plus d'un moteur 200 cylindres en ligne. Peut-être que le 9000 offrait plus d'espace pour un 6 cylindres qui n'a jamais été officiellement présenté chez Audi? Mais Audi aurait créé un concurrent supplémentaire et plus fort ...

    J'ai hâte de voir la résolution!

  • J'avais un Holden 9 L 3 cylindres dans mon 2,8-6 SC. C'était un excellent moteur. Malheureusement, GM a également réussi à ruiner Holden entre-temps.

  • Ma première pensée a été la version Cosworth avec 24 soupapes de la Ford 2,9 V6. Cosworth avait déjà fabriqué quatre cylindres pour Ford ou huit cylindres pour la Formule 1, mais le cliffhanger ne sera pas si bon marché.

    Quel constructeur n'associeriez-vous jamais aux moteurs six cylindres dans les années 80? Par exemple Volkswagen.
    Mais je pense que le boxer six cylindres transmis à Oettinger est assez improbable et si le VR90 présenté au début des années 6 était déjà connu par d'autres fabricants dans la seconde moitié des années 80 est également discutable.
    Il en va de même pour les moteurs V90 présentés par Audi au début des années 6.

    La question demeure, qui d'autre aurait-il pu être? Quelque part dans ma mémoire, une Subaru SVX apparaît, qui est en fait un enfant des années 90. Google, cependant, révèle un prédécesseur nommé XT, qui était également disponible en tant que XT6 avec un moteur à six cylindres en Amérique du Nord.
    Donc, si c'est censé être quelque chose d'assez improbable, je suppose que Subaru est un quatrième fournisseur de moteurs possible.

  • @Uli Beitel,

    ce furent des années passionnantes dans la construction de véhicules. Juste la diversité des différentes approches ...

    Vous avez peut-être raison? En tout cas, jusqu'à présent, vous êtes le seul à oser faire des suppositions et êtes donc plus proche de la résolution en soi que quiconque.

    Je pense toujours que tu as tort. À cette époque, un certain nombre de résultats de la thermodynamique ont trouvé leur chemin dans la construction du moteur. La technologie à 4 soupapes est également devenue standard. L'essentiel était qu'une chambre de combustion de 500 cc par cylindre dans le rapport course / alésage était idéale si elle était facile à remplir.

    On ne peut pas se rapprocher de la chambre de combustion idéale (une sphère) et de la propagation (vitesse) donnée du mélange enflammé en termes purement physiques ...

    Espérons qu'il ne pouvait s'agir d'un petit 6 cylindres (moins de 2,3 litres), qui était thermodynamiquement et en ce qui concerne sa ventilation et son remplissage très éloigné des dernières découvertes et possibilités de l'époque, qui ne se rapprochait même pas du 4 cylindres ...

    Néanmoins, Britten et les Italiens ont eu des approches intéressantes avec de nombreux cylindres avec un déplacement étonnamment faible. C'étaient des moteurs vraiment très fins.

  • Dans les années 70 et 80, il existait un véhicule largement inconnu dans ce pays, combinant un moteur 6 cylindres en ligne et une traction avant, le Princess 2200 (également disponible en 1800 avec un quatre cylindres).
    Le compartiment moteur de la Princess était suffisamment grand pour accueillir ce moteur sans problèmes thermiques majeurs (contrairement au 9-5, où le V6 avait une importante accumulation de chaleur dans les trois cylindres arrière).

    C'est peut-être ce fabricant avec lequel Saab est entré en contact à l'époque? La boucle serait bouclée jusqu'à la Saab 99, où le moteur a également été développé en Angleterre ...

  • Je suis très enthousiasmé par la deuxième partie de l'histoire... Mais je suis chaque jour content du résultat. Ma 902 Cabrio V6 automatique est un plaisir même après 300 XNUMX kilomètres. Fort. Sans problème. Avec un son sonore merveilleux.

    Salutations

    Le lizi

  • "Entendu?"

    Non, rien n'est clair. Je suis excité et tordu, un point d'interrogation personnalisé et j'attends avec impatience la deuxième partie.

    Voici un petit ajout à la compétition nationale. Avant la Seconde Guerre mondiale, Volvo avait un 3,6 cylindres de 6 litres (en ligne) de série. Dans les années 1950, ce moteur vivait dans une berline / taxi et des véhicules militaires. Un V3,6 plus jeune avait également 8 litres, qui était à l'origine destiné à une voiture de luxe, mais n'était utilisé que dans les camions - en fait un moteur à essence dans le camion ...

    En Suède, ce V8 est un objet convoité et se retrouve souvent dans les vieilles voitures Volvo. Du point de vue de leurs fiers propriétaires, leurs voitures classiques (à l'écoute) sont encore presque dans leur état d'origine - à savoir celle idéalisée, qui aurait été théoriquement possible à l'époque avec Volvo d'origine disponible et ses fournisseurs.

    Enfin et après la Seconde Guerre mondiale, la première nouvelle attaque contre la concurrence internationale fut un 3,0 cylindres de 6 litres en série et en série. C'était sur le marché quelques années avant le V6 mentionné dans l'article.

    Mais il est vrai de toute façon que Saab était sous pression aux niveaux national et international que de grandes parties du groupe cible (acheteurs potentiels) et les multiplicateurs (journalistes automobiles) n'étaient pas prêts pour le 4 cylindres dans des véhicules haut de gamme.

  • J'adore et je déteste ces arcs de tension ...
    La partie 2 pourrait suivre bientôt ... s'il vous plaît!
    Oh oui, Audi avait de grands projets à l'époque ... et est entré dans la soi-disant ligue supérieure, quoi que cela signifie et comment et ce qui est noté. À l'époque, cependant, il y avait 5 cylindres ...

  • J'ai appris quelque chose de nouveau. Merci.

  • Histoire passionnante. La partie 2 pourrait être préférée? S'il vous plaît 😉

  • Tom la "pause publicitaire" c'est pas sympa du tout
    Vous voulez connaître le reste et devez attendre.

    • Nous remplirons la «pause publicitaire» avec d'autres sujets intéressants. Le temps passera vite 😉

Les commentaires sont fermés.