Comment va Victor Muller?

C'est l'été et il fait chaud. En fait trop chaud pour écrire. Comme d'habitude, il y a une menace de trou d'été médial en cette saison. Et soudain, vous vous souvenez de choses dont vous vouliez parler pendant un certain temps. Le regard inquiet envahit les Pays-Bas aujourd'hui. C'est Victor Muller. Parce que l’ancien PDG de Saab Automobile AB est devenu très silencieux. Les choses semblaient si prometteuses il y a deux ans.

Il y a longtemps. Spyker 2010 au musée Saab Trollhättan
Il y a longtemps. Spyker 2010 au musée Saab Trollhättan

Un rêve automobile aurait pu se développer dans la coopération suédo-néerlandaise. Koenigsegg, fabricant de supercars d’Ängelholm, livre ses moteurs exclusifs V8 à Spyker, un fabricant néerlandais de voitures de sport de luxe. Annoncé avant 2 il y a quelques années par Christian von Koenigsegg et Victor Muller au Salon de l'automobile de Genève. Le premier voulait acheter Saab à GM, mais a retiré son offre au dernier moment. Deuxièmement, il a saisi ce qui, de toute évidence, ne lui a pas apporté beaucoup de chance. Parce que depuis la fin de Saab et ses relations commerciales avec Spyker, il n'y a plus rien.

Les projets de construction d'un véhicule sur la plate-forme Saab-Phoenix encore inachevée avec des investisseurs chinois ont échoué. Aussi le Spyker B6 Venator, étonnamment créé à partir du chapeau basé sur l’Artega GT, n’est jamais entré en production. Le Preliator C8, avec Koenigsegg V8, devrait être le dernier 2017. En réalité, une combinaison fantastique, mais même ces plans ne fonctionnaient pas. Parce que pas un seul V8 a été construit à Ängelholm pour Spyker et, en été, 2018 Koenigsegg a annoncé la fin de la relation. Le monde de l'automobile, et c'est clair, a manqué deux voitures de rêve absolues. Ce qui, cependant, aurait été abordable pour seulement quelques-uns.

C8 Aileron LM85 et ensuite terminer

Depuis, il n'y a guère eu de nouvelles et la recherche d'indices est difficile. Du dernier modèle de la marque pour l'instant, le C2010 Aileron avec Audi V8 présenté en 8, 2017 unités ont été réalisées en 3. Ils ont un look Le Mans et sont des objets de collection dès le départ. On peut spéculer en toute sécurité sur leur prix, ainsi que sur le fait de savoir s'ils ont été réellement achevés et vendus. L'Aileron, avec ses entrées d'air en forme de jet, est sans aucun doute un dernier hommage au passé aéronautique de la marque Spyker, qui remonte vraiment loin.

La dernière mise à jour de la page d'accueil de Spyker date de novembre 2017, depuis lors, plus aucune voiture n'a été fabriquée. L'entreprise existe toujours et les machines, les pièces et même les véhicules semi-finis sont stockés dans un entrepôt près de Zeewolde. Malheureusement, les arriérés de loyer ont augmenté, de sorte que la situation précaire est devenue publique il y a des mois. Mais avant que le pire ne vienne, Muller pourrait Régler les arriérés, Spyker a maintenant une date limite pour libérer son hall d’ici la fin octobre.

Comment cela se passe-t-il si Muller peut ramener Spyker Cars à la vie est incertain. L'environnement pour la voiture de sport de luxe du constructeur néerlandais serait en fait idéal. La demande dans le segment des prix élevés se développe plus rapidement que l'environnement du marché. En Chine, le nombre de millionnaires augmente de 10% par an, et avec lui le groupe cible de marques comme Spyker.

Quiconque aime les petits fabricants exclusifs ou est connecté à Saab souhaite bonne chance à Muller. Car il est clair que sans son engagement, ni la dernière génération Saab 9-5 ni le 9-4x n'auraient existé. Et les deux étaient et sont toujours d'excellents véhicules. Et peu importe comment les choses évoluent à Zeewolde, Victor Muller a une vie mouvementée et certainement toujours quelque chose à raconter.

11 commentaires sur “Comment va Victor Muller? »

  • vide

    Je suis reconnaissant à la VM, car le seul à avoir sauvé quelque chose à Saab. Souhaitez-lui du succès avec Spyker.

  • vide

    Je suis toujours reconnaissant à VM d’avoir eu le courage de libérer Saab de General Motors. Qu'il ait conçu et construit le 9-5 NG, je n'oublierai jamais toute ma vie. Quelle voiture de rêve !! J'espère qu'il va bien.

  • vide

    Peu importe qui a repris Saab à ce moment-là, personne n’aurait pu réussir. La mainmise de GM était trop grande et sans brevets ni droits, il peut être difficile de gérer une entreprise avec succès. Le plus grand respect que VM a essayé, sûrement avec les meilleures intentions et un tas de Saabspirit!

    • vide

      Bien dit. GM-SAAB a été saisi par la gorge de GM et affamé par le bras tendu.

      Et cela a été planifié et recherché par GM, car celui qui rit le dernier rit le mieux. Personne ne devrait être capable de rire des directeurs de GM plus tard et de dire: bon, ça marche.

      Un petit combattant solitaire comme VM était présent lors de cette ronde dans le ring, probablement aussi près du GM-Wunschkandidaten. Avec l'Opel, GM a essayé de même, mais comme on le sait, ne pas être en mesure de passer à travers. Depuis que je me demande si SAAB n’aurait pas eu une chance contre GM, si SAAB avait été repris par un autre groupe et dont le nombre d’avocats, les conditions (y compris des pénalités contractuelles lourdes de plusieurs millions) ont été négociées minutieusement et en détail et leur conformité aurait été rétablie si nécessaire.

      Aurait, aurait, la vieille chaîne de vélo trollhatten ...

      • vide

        ... et pourtant c'était presque et peut-être que cela aurait pu marcher - VM n'était pas un pur combattant solitaire, mais avait toujours l'éblouissant M. Antonov dans un chapeau haut de forme avec les meilleures connexions et des possibilités apparemment illimitées de financement. Mais GM avait probablement pris des précautions contre toutes les éventualités et au moins pour moi ce fut un vrai choc quand il est sorti que le PDG Jan-Åke Jonsson avait influencé la fortune de Saab-Spyker dans l'intérêt de GM.

        • vide

          C'est exactement comme ça, ou était-ce ...

          GM avait pris des précautions. Si je ne me trompe pas, GM pourrait presque refuser les investisseurs ou les licences si un investisseur (comme Antonov) intervenait et le rejetait. Ce qui revient au même.

          Ce que SAAB aurait eu besoin au moment de l’entrée de VM, c’était des contrats avec GM, qui garantissaient les modèles les plus récents et ceux en cours de réalisation (9-4X et 9-5 SC) pendant plusieurs années à des conditions commercialement raisonnables et donnaient plus de liberté à VM-SAAB. en termes de financement.

          Malheureusement, il n'y a pas eu de tels contrats et nous connaissons le reste ...

          Si j'ai cela à l'esprit, VM est lui-même avocat. Mais un combattant solitaire ne fait pas une armada. Mais il en aurait eu besoin depuis le début. Un donateur potentiel dans le revers (Antonov), que GM avait contractuellement intégré, est malheureusement sans valeur au vu du contexte donné ...

          Tout cela ressemble à une critique de VM, mais je ne veux pas que cela soit compris de cette façon. L'homme a non seulement beaucoup essayé, mais aussi beaucoup accompli. Aussi pour SAAB. Il a mon respect ...

  • vide

    Avant tout, il faut être reconnaissant à Christian von Koenigsegg. Si je me souviens bien, VM a essentiellement repris le plan d'affaires de CvK à l'époque. Le Suédois vraiment sympathique avait fait beaucoup de travail préparatoire à l'époque. VM s'est impliqué dans un délai assez court à l'époque. Je corrigerais la phrase « depuis la fin de Saab, ses affaires avec Spyker n'ont pas non plus fonctionné correctement » en disant que les affaires n'ont jamais vraiment bien marché. C'était exactement la raison du rachat de Saab. Existe-t-il un livre intéressant en néerlandais sur Spyker avec beaucoup de détails sur l'accord Saab… 😉

    7
    2
  • vide

    Bonjour en rond
    Tout d’abord, merci à Tom d’avoir rappelé Victor Muller à notre mémoire et de lui avoir rendu un petit hommage (rétrospectif).
    A l'époque, j'étais aussi euphorique et dans un grand happy end espoir qu'un homme avec ce courage, cette vision et une volonté évidente de gagner se soit mis à la tête de « notre » constructeur automobile.
    Malheureusement, il est rapidement devenu évident que les fonds disponibles étaient insuffisants. Bien sûr, c'est aussi difficile quand un "petit" veut s'entendre avec un "grand". L'histoire montre, par exemple, dans le rachat de Schaeffler/Continental qu'une ou plusieurs, ou en l'occurrence -des femmes-, peuvent aussi s'étouffer.
    Je pense que Victor Muller avait de bonnes intentions concernant nos avions. Dommage que cela n'ait pas fonctionné.
    Tout le meilleur pour l'ancien PDG de Saab AG!

  • vide

    Je n'ai vraiment pas aimé la VM de toute façon.
    (Donc ce que j'ai obtenu de la presse / internet / vita / etc. à ce moment-là) ...

    ... mais il faut vraiment lui en être presque reconnaissant, car il a au moins légèrement prolongé la vie de Saab
    ... et moi surtout, car j'ai le droit de conduire un de "ses" travaux en retard tous les jours... 😉 🙂

  • vide

    Grande classe,

    que Tom continue de chercher de telles questions. Le copier-coller terne est aussi étranger à ce blog que ce serait un bar de plage des Caraïbes sur la lune. Pas étonnant que ce soit ma lecture préférée en ligne - d'autant plus que je m'étais déjà posé cette question. Et où puis-je obtenir une réponse? Bien sûr ici ...

    Je souhaite à VM un virage positif et bonne chance.
    Et je dis merci pour un Spyker, 9-4X et 9-5 NG SC que j'ai rencontré jusqu'à présent.
    Et aussi pour les belles décapotables 9-3 et SC ou la berline 9-5 NG, qui n’auraient plus été sans VM.

    11
  • vide

    Une vie animée s'arrête, elle monte et descend. Vous devez être reconnaissant à Muller parce qu'il a eu le courage et au moins essayé. Sans son engagement, les lumières se seraient éteintes beaucoup plus tôt.

    15

Les commentaires sont fermés.