SAAB et moteur à aspiration naturelle

Oui, je l'avoue. J'adore aussi les voitures équipées de moteurs turbo, en particulier celles de la vieille ville. De nos jours, même presque toutes les voitures sont équipées de moteurs turbocompressés, même dans le segment des petites voitures, ce qui est également l'objectif du développement global, un peu comme les moteurs à aspiration naturelle de gros volumes (je suis depuis de nombreuses années un stratège de la conduite chez un grand constructeur automobile du sud du pays. !).

Une Saab ne doit pas toujours être turbo
Une Saab ne doit pas toujours être turbo

Mais alors, où ont passé l'exclusivité et le caractère grossier des anciens moteurs turbo? Ce "down around" toujours boiteux, mais d'autant plus de buzz lorsque la pression du turbo compresseur a suffisamment augmenté. J'avais des véhicules de ce type et pas seulement des SAAB.

J'ai commencé avec une Nissan Silvia 1.8 Turbo de 1988 à propulsion arrière. La voiture était très amusante et avait une élasticité bien meilleure à cette époque que, par exemple, une BMW318is aux performances optimales avec un moteur à 16 soupapes. Viennent ensuite une Audi 200 quattro 20V dotée du légendaire moteur turbo à cylindre 5 et du 309 Nm déjà en 1.950 min-1. Cela a été suivi par 2 SAAB 900 Turbo 16 (qui, d'ailleurs, est toujours propriétaire des deux) et un soft turbo 9-3 (que j'ai malheureusement échangé).

Maintenant, vous vous demandez probablement ce que cela a à voir avec le titre? Je ne voulais plus faire de sel à mon SAAB 900 Turbos en hiver. Donc, seulement l'approbation avec plaque d'immatriculation de saison. Au cours des derniers hivers, j'ai conduit la voiture de mon épouse ou de ma fille, ou même un bus, ce qui est bon pour l'environnement, mais double le temps de déplacement. Et les mois 5 d'abstention de la conduite SAAB sont devenus de plus en plus difficiles à supporter!

Cela signifiait: un "chauffeur quotidien" SAAB devait venir! Mais il devrait avoir un prix raisonnable et surtout un coupé 9-3, un interrupteur manuel avec turbo, bien sûr. Depuis que j'ai trouvé mais sur Mobile.de près de 9 3 5T 2.0i avec automatique, donc tout le contraire de ce que je cherchais. Je conduisais la voiture mais néanmoins échantillonnais et étais agréablement surpris. Et comme la voiture était par ailleurs en bon état pour son âge (presque pas de rouille), je l’ai achetée.

Oui, ce n'est pas une voiture de sport. Mais pour les trajets quotidiens, principalement sur autoroute et en ville, les performances de conduite sont tout à fait suffisantes. De plus, la voiture ralentit et soulage le stress. Après avoir changé l'huile de la boîte automatique, celle-ci repasse de nouveau en douceur. Bien que presque toutes les années 20 et les km 210.000 soient encore jeunes, le châssis est toujours aussi net et sans bosses.

Sinon, il n'y a pas de "Squeaks and Rattles". La stabilité directionnelle est irréprochable, la direction procure beaucoup de sensations et un bon effet de freinage avec une sensation de pédale nette complète l’image positive. Une autre force absolue de la voiture est la conduite dans la neige. La combinaison de nouveaux et excellents pneus hiver (Conti TS 860), d'un couple faible et du programme d'hiver automatique (à partir du rapport 3) garantit que la voiture creuse avec diligence à travers toutes les couches de neige (et il y a eu beaucoup de neige cet hiver! ).

Comme on peut le voir sur les images, même la peinture brille, bien que je ne me lave que de temps en temps. Bien sûr, il reste toujours quelques petites choses: les erreurs de pixels habituelles sont présentes (les informations les plus importantes sont encore reconnaissables), le compteur de masse d'air était cassé et devait être remplacé, l'échappement était dû et la climatisation automatique ne refroidissait pas. Mais dans l’ensemble, cela rend la voiture heureuse et j’attends chaque trajet avec impatience!

Venons-en à ma conclusion: garçons et bien sûr filles, osez un SAAB à moteur aspiré naturellement! Il ne faut pas toujours être un turbo pour être heureux avec une SAAB.


Merci à Herman Verbeek pour cette histoire de Saab! Comment cela se passe-t-il dans la vie quotidienne avec une Saab plus âgée? Que ressentez-vous, comment réagissent les amis, les collègues et la famille? Avec indulgence, enthousiasme ou compassion? Comment maintenez-vous la Saab en vie? Que faites-vous des pièces de rechange et des ateliers? Comment optimisez-vous ou restaurez-vous les vieux Suédois?

Un large sujet pour le "Histoires Saab 2019!». Difficile, mais aussi intéressant. À quoi ressemblent les fans, quelle est la force du cœur de Saab dans la vie quotidienne? Ecris-le nous, ça vaut le coup!

Les pensées de 13 aussi "SAAB et moteur à aspiration naturelle"

  • Enfin dimanche encore et une nouvelle dose de SAAB.

    J'ai aussi eu des voitures et des moteurs. Comme un interrupteur en argent. La réunion est amusante. Je n'ai jamais eu à me plaindre de la voiture ou du moteur et, logiquement, je n'ai jamais eu à changer un chargeur, ni l'un des tuyaux ou autres pièces qui y sont attachées. Avec un 2.3i dans le 9000, il me restait quelques milliers de kilomètres à parcourir. Excellent moteur.

    Voir cela ainsi que l'auteur. Les SAAB n’ont plus à prouver quoi que ce soit et le jeune ventouse SAAB nage bien et peut également se déplacer rapidement. Bien sûr, ils consomment un peu plus que la moyenne dans toutes les catégories de véhicules et pour chaque moteur turbo, tirez les petits moteurs avec 90 ou 105 Turbo-PS mais gardez 200.000 Km plus longtemps qu'un moteur de tondeuse à gazon dans une voiture de plus d'une tonne. ...

    Toute personne à la recherche d'une voiture classique jeune ou plus jeune de la marque SAAB aujourd'hui a une meilleure apparence après l'état et l'équipement ainsi que la couleur, en tant qu'exclusivité et priorité dans le sens de la ventilation obligatoire pour le strabisme. Et je pense que c'est vraiment cool, si quelqu'un dans l'industrie automobile allemande Le pain gagne et les lecteurs SAAB. Un grand merci à Herman Verbeek, pour ses réflexions de turbo et son divertissement du dimanche Saabi.

    11
  • Très belle contribution de Herman. Dans le trafic urbain de Fribourg, je déplace alternativement une ventouse 9000 2.3 et une avec turbo et je ne peux qu'être d'accord avec l'auteur. Le moteur suralimenté est vraiment inutile dans de nombreuses situations. Que fait le 9000CS 2.3i blanc de Tom?

    • Le CS est garé (toujours) dans le hangar. Étant donné que ma situation structurelle est susceptible de changer, l'avenir est ouvert. Les mises à jour, le cas échéant, devraient bien sûr être publiées sur le blog.

  • Encore une belle histoire Saab, merci.
    Bien sûr, les turbos sont amusants, mais même les ventouses peuvent être très amusantes. Je ne me dérangerais pas moi-même avec un 9-3II 1,8i. En raison du seul 122PS, les coûts de maintenance resteraient dans le cadre.

  • Ont également recherché un tel SAAB pour les débutants, sans problèmes Trionic et Turbo et enfin trouvé. 9-3 S première main et carnet de chèques tenu. Montez dessus pendant les années 4, a maintenant le 236.000 et je suis très satisfait. Moins est parfois plus)))

  • Merci pour l'histoire de la dose Saab. Il est toujours agréable de lire qu'il existe d'autres passionnés pour Saab.
    J'aime très bien la berline 93. A juste une forme agréable et intemporelle. Ma berline 93 est l’une des rares viggences de la porte 5. Le moteur Saab à aspiration naturelle que j'ai dans mon 93 convertible année 1998er. C'est le moteur 2.3i avec 150 PS, associé à la boîte automatique 4. Eh bien, le véhicule est un peu lent sur le chemin, mais cela n'a pas d'importance, c'est un cabriolet pour la croisière cool. Et il serait bien sûr injuste de comparer le 2.3 au 2.3 Turbo Viggen, car que se passe-t-il comme un Viggen?
    La décapotable 2.3i jaune attend déjà avec impatience sa première utilisation! De la 1.4. quand il est temps à nouveau, alors vous pouvez commencer
    Tous un bon début de semaine et le printemps qui devrait venir!

    2
    1
  • Une autre grande histoire de Saab. Merci pour ça.
    Bien que je n'ai pas eu un "non-turbo", mais je peux dire par des connaissances que ces Saabs ne sont en aucun cas sous-alimentés. Surtout dans les routes rurales, ces moteurs sont parfaitement adéquats. Seule la consommation devrait être légèrement supérieure, car vous voulez compenser le manque de puissance en tournant les vitesses plus haut. Quoi qu'il en soit, je conduirais chaque Saab. Avec de bons soins, tous les moteurs durent longtemps. Un de mes 9-5 Aero avait 579000 km en bas!
    Tous les pilotes Saab une belle semaine

    • C'est exactement comme ça. La consommation est légèrement supérieure, voire légèrement inférieure en fonction du style de conduite ...

      Le but d'un turbo est, à proprement parler, de pouvoir brûler plus de carburant avec le même déplacement et le même régime moteur, car il fournit plus d'air et donc d'oxygène que ne le ferait un aspirateur. À cet égard, les turbos ne sont même pas en concurrence directe avec les ventouses du même volume et du même nombre de cylindres.

      Les turbos consomment moins d'énergie que les ventouses de même puissance et de couple similaire, ce qui constitue une différence très importante. Un meunier de puissance égale aurait besoin de plus de cylindrée, de pertes par frottement et de masses plus élevées, ce qui, dans de nombreuses conditions d’exploitation (circulation en ville ou conduite modérée constante sur une route de campagne), contrairement à un turbo plus petit, porterait toute trace de son sens ,

      Vous ne pouvez donc pas supposer qu'un aspirateur 2.0 ou 2.3 équipé de cylindres 4 consomme en soi plus que son équivalent suralimenté (et plus puissant turbo) avec le même bloc-moteur.
      Et les aspirateurs SAAB peuvent non seulement accéder à l'autoroute sans être sous-alimentés. En dehors de l'Allemagne, ce n'est pas un problème de toute façon. Ironiquement, avec une ventouse (9000 2.3i), je conduisais ma vitesse moyenne personnelle la plus haute jamais éternelle sur 1994 Km - une petite BAB Talladega avec une ventouse SAAB!
      Une promenade de nuit incroyablement détendue et très rapide avec Nightpanel mais sans turbo.

      25 ans (un quart de siècle) plus tard, je suis mieux motorisé, mais malgré Turbo, la route est en moyenne plus lente. Même en D, le moteur ne joue qu'un rôle mineur. Les facteurs limitants sont bien plus la situation de la circulation, les chantiers de construction, les limitations de vitesse et les arrêts de ravitaillement. Dans ces conditions, les aspirateurs SAAB du BAB suivent très facilement les turbos SAAB. Aujourd'hui plus que jamais ...

  • Une déclaration pour le meunier, c'est gentil! Le 9-3 I est quand même l’un des plus beaux véhicules de Trollhättan. Merci pour le plaisir de la lecture!

  • Je suis passé de 99 EMS à 99 turbo il y a plusieurs décennies - et j’ai ressenti le pour et le contre. L'injecteur était en quelque sorte plus direct sur le gaz, le turbo (du moins dans la plage de vitesse inférieure) plutôt indirectement. Ce fut le cas avec le turbo 900 suivant. Le 9000 i qui a suivi était encore une fois plus spontané. Mais les turbos s’étaient améliorés et il a donc été suivi par un turbo, un 9000er. Un des revendeurs Saab les plus prospères a disparu. Depuis, il ne reste plus rien à l'est de Hambourg. Mais il y a beaucoup de Saabs ici, pas seulement dans notre abri d'auto.

  • Bon rapport, merci! Mais: bien! Mon Saugerbejiisterung est limité (le 900 S que j’ai eu, j’étais le moins amusant de tous les Saabs). Dans notre pays de Bergisches Land, il y a souvent des situations de dépassement sur la route où je dois accélérer de 60 à 100. Depuis que j'ai constaté que les palpitations cardiaques chez le meunier et le turbo sont les mêmes, une fois parce que c'est excitant, si j'arrive à temps et une fois parce que ... "Waouh, comme c'est cool ça".
    Hier, dans l'Emsland (visite de ma famille), j'étais 600 km, dont une autoroute 550, un 140 assez détendu, un régulateur de vitesse et de la bonne musique. Depuis je n'avais pas besoin du turbo, mais il ne s'est pas donné la peine! Et le diesel 5,8l / 100km dans le break 9-5 compte pour moi aussi, la ventouse ne l’a jamais fait sous 9 l. Donc: j'adore mes turbos!

    • Oui bien!

      Je connais aussi l'effet des différents "Wows". Cependant, il est un peu injuste de comparer non seulement le turbo à la ventouse, mais aussi le diesel (turbo) avec le moteur à essence (la ventouse), et même par mesure au litre, au lieu de la consommation d'énergie réelle ...

      Vous pouvez également comparer des cerises avec des oursons gommeux. Les pommes et les poires ont fait leur temps ...

      PS
      Incidemment, les litres 5,8 de diesel correspondent à environ 7 litres d'essence en termes d'énergie et d'émissions de CO2. C'est également correct, mais avec 140 constant, cela ne me laisse pas vraiment tomber du tabouret et reste à peu près dans la plage de ce qui serait tout à fait possible avec un moteur à essence à succion.

  • Un très bon rapport pour et pour le moteur à aspiration naturelle.
    Bien sûr, chez SAAB, un moteur suralimenté est un amplificateur de puissance absolu, mais même un aspirateur peut être confortable et rapide. Conduisez le moteur 2,3 i dans 9000 pendant quelques années maintenant. Le moteur peut être silencieux mais cela dépend de la rapidité de la conduite. Bien sûr, pas de relation avec le turbo mais pour moi, il suffit de savoir nager sur l'autoroute parfois à gauche.
    Lors du dernier voyage de HH -> Hessen, la consommation à 130 km / h était de 7,9 litres, ce que je trouve vraiment très respectable pour un moteur de cette taille et de l’âge correspondant.

Les commentaires sont fermés.