Drame de Saab. Le 19. Décembre 2011.

Ce fut une journée noire pour Trollhättan, et la plus noire de l'histoire de la marque automobile Saab. Le 19. Décembre 2011 a apporté la finale à la marque culte suédoise. Avant, il y avait des mois dramatiques, et il y avait toujours des signes d'espoir.

Usine Saab 2011

Et il y avait Victor Muller. L'homme qui s'est surestimé en achetant Saab. Mais qui n'a pas voulu abandonner et qui a tout donné pour sauver la marque. En tant que blogueurs, Mark et moi avons vu beaucoup de choses de première main. En mode crise, Saab s'est montré très ouvert et a cultivé une culture de la communication exemplaire.

Les militaires emmènent des journalistes dans la zone de guerre, Saab nous a emmenés dans la lutte pour la survie. S'il y avait un des "International Market Calls" réguliers, nous étions toujours là en direct. Les messages du siège sont venus non filtrés et basés sur la confiance. Alors que d'autres copiaient les blogs des journaux, SU et nous avions la ligne directe. Le fond était clair. Il était important d'éviter la désinformation et - dans le chaos des événements - de fournir des informations objectives.

Les derniers jours de Saab sont clairement rappelés. Muller savait qu'il ne gagnerait pas contre GM. Il l'a dit ouvertement, et il a mis tout espoir en Pang Da - le seul partenaire qui est resté. Il y eut des jours de négociations mouvementées jusque tard dans la nuit ; Prévoit d'économiser Saab avec de l'argent chinois sans perdre les licences GM. Un "firewall" était en discussion, qui aurait dû protéger la propriété intellectuelle des Américains de l'accès chinois.

Mais GM a refusé avant que les plans ne soient rendus publics en détail, et probablement sans connaître ni vérifier les détails. Le refus n'a pas été discret, comme il aurait dû l'être dans la communication entre partenaires. Mais immédiatement et publiquement, et c'est devenu le glas de tous les efforts. Les pourparlers ont été immédiatement interrompus et le 19 décembre 2011 à 9h33, le insolvabilité.

Muller avait parié sur le mauvais cheval avec Pang Da et Youngman dans le drame Saab. La partie contre l'administration de Pékin et contre GM, qui aurait préféré BAIC comme acheteurs, n'était pas gagnée. Le 19 décembre, Victor Muller a appelé pour son dernier « International Market Call ». Découragé et visiblement pris par les événements, il a parlé pour la dernière fois aux employés de Saab dans le monde entier. Ses derniers mots méritent d'être mentionnés.

Il ne faut jamais oublier que la loi suédoise permet aux entreprises de sortir de la faillite et de revenir sur le marché. Victor Muller, décembre 2011.

Sans Muller, cependant, et peut-être avec un nouveau propriétaire. Du moins, c'est ainsi que cela a été vu à Trollhättan. Saab avait survécu à de nombreuses crises et était endurci. Les employés sont rentrés chez eux pour fêter Noël et s'attendaient à pouvoir retourner au travail en janvier. Presque personne n'a vidé son bureau, beaucoup ont laissé des vestes et d'autres objets derrière. Mais il n'y a pas eu de retour.

Les fiduciaires ont pris le relais et avec eux quelques personnes, désormais au service des avocats, sont revenues au Stallbacka. Ils passaient un moment étrange dans des bureaux vides, mais ils avaient l'air que leurs anciens collègues venaient de disparaître pour le déjeuner.

S'il y a une chose qui distingue les Saab et les Saab, c'est le pragmatisme. La survie de la marque a été organisée en Suède, en Allemagne et dans de nombreux autres pays. Il est rapidement devenu clair que Saab Automobile Parts AB serait la seule partie de l'entreprise à survivre. Nyköping, le site historique de Saab, est devenu le point d'ancrage, tandis que l'usine de Trollhättan a titubé vers la fin. Dans les jours qui ont suivi, il y a eu organisation et improvisation, et en janvier il était clair que les pièces de rechange et les fournitures pour les concessionnaires et les clients continueraient.

Une grande partie de ce temps semble irréel aujourd'hui. Parce que beaucoup ont fait quelque chose dans cette exception, sans mandat ni contrat de travail. Les choses ont fait en sorte que les sauvegardes se sont déplacées, et avec leur engagement assuré la survie de la marque.

Le 19 décembre 2011, personne ne soupçonnait que la fin de l'empire GM commencerait avec la fin de Saab. Chez Opel, ils étaient heureux de se débarrasser des penseurs latéraux suédois et étaient optimistes quant à l'avenir.

Il dépend des ingénieurs d'Opel eux-mêmes combien d'entre eux seraient encore nécessaires dans quelques années. Carlos Tavares, décembre 2017.

Aujourd'hui, 6 ans plus tard et un peu plus sage, il est clair que Saab n'avait pas le droit de survivre. Muller avait commis des erreurs dans une situation qui ne pardonnait aucune erreur. Mais le cerveau était à Detroit, et GM voulait que Saab soit éliminé à tout prix. Plus tard encore, après le tragique du 19 décembre 2011, tout a été mis en œuvre pour rendre la vie plus difficile aux successeurs du Stallbacka.

Cela semble très étrange aujourd'hui, en l'an 2017. L'empire GM a été autour depuis le 19. Décembre 2011 assez atomisé. La perte de Saab, seule marque premium européenne dans le portefeuille américain, n'était qu'un début. Depuis lors, les usines ont été fermées dans le monde entier et le retrait des marchés a eu lieu à grande échelle.

Opel - l'entreprise que Saab a toujours harcelée et handicapée dans le groupe - s'est retrouvée sur la rampe restante et est vendue par le groupe PSA. Les licences technologiques supposées uniques de 2011 ne sont même plus adaptées à la table d'enracinement. Vous n'êtes plus à jour. Les nouvelles pour Opel et Vauxhall sont mauvaises. Le travail de courte durée est en place à Eisenach depuis des mois, et à partir de janvier 2018 également à Rüsselsheim. Recherche, développement et administration signent au moins 6 mois de travail à temps réduit sur. Cela dépend des ingénieurs Opel eux-mêmes combien d'entre eux seraient nécessaires dans quelques années, a déclaré le patron de PSA Tavares. Ça ne sonne pas bien!

Pourquoi Saab a dû mourir est une question qui peut rester sans réponse pour toujours. La société a connu des développements intéressants dans son portefeuille. Le concept ePower a fait faillite, l'essieu arrière électrique a fait son chemin avec d'autres fabricants. Le visionnaire IQon Concept avec ses applications était en avance sur son temps, et puis il y a les rumeurs. L'un d'eux concerne les moteurs qui auraient été développés avec AVL à Södertälje. Cela ne peut être prouvé, les faits sont minces et spéculatifs. Un bloc moteur pour diesel et essence, qui aurait pu être à nouveau une idée typique de Saab. Et il y a beaucoup à suggérer que ce développement pour peu d'argent a abouti à un autre fabricant au bon moment.

Et Victor Muller ? L'homme qui a polarisé, dont le talent des relations publiques en Suède s'appelait « Circus Muller » ? Pour les vétérans de Saab, c'est un héros parce que c'est l'homme qui a essayé. Le fait que, contrairement à de nombreuses allégations, il ne s'est pas enrichi de son engagement envers Saab a maintenant été clarifié devant le tribunal.

Mais il a également payé pour le drame Saab, et il paie toujours. Après un premier procès qui s'est soldé par un acquittement, il est de nouveau jugé à Vänersborg depuis le 12 décembre. L'accusation est « fraude grave ». Le procureur utilise des interviews et des enregistrements de la télévision suédoise comme preuves. Peut-être que Saab et Trollhättan ont été pour lui l'aventure de sa vie. Dans une vie qui ne manque certainement pas d'aventure.

Et les blogueurs? Mark et moi écrivons toujours Saab. Nous conduisons des Saabs, tout comme certains membres de notre famille. Peut-être pouvez-vous dire que nous vivons la marque. Comme avant, et 6 ans plus tard. Il ne semble pas y avoir de fin en vue. Et pour être honnête, le 19 décembre 2011, c'est comme une blessure ouverte qui ne guérira pas.

42 commentaires sur “Drame de Saab. Le 19. Décembre 2011. »

  • vide

    SAAB a dû être réduit en pulpe, comme le voulait la politique industrielle suédoise. La redistribution des parts de marché de SAAB à VOLVO a également joué un rôle. Le « redéveloppement » de Mueller n'aurait pu se faire qu'AVEC de légères suppressions d'emplois et bien sûr avec beaucoup plus d'argent. GM avait également le rêve humide de pouvoir profiter de la part de marché de SAAB. En fin de compte, la société GM elle-même est une affaire de restructuration.

  • vide

    Salut à tous.

    Les sentiments mitigés sont parfois vivement discutés ici. Vous pouvez dire que les poings sont levés contre GM. Que l'esprit vit!

    Ne veut que donner matière à réflexion.
    Qui aurait acheté une Saab de Munich?
    Ou pire. Avec Wolfsburg Einheitsteilein!
    Est-ce vraiment ce que vous auriez voulu?
    Qui a dit que les Allemands continuaient à produire à Trollhattan et pas ailleurs?

    Et si l'approche solitaire des Saabistes au développement et à la transformation de la technologie de base en meilleures technologies serait tolérée par les capitalistes teutoniques aussi longtemps que j'oserais sérieusement douter.
    Malheureusement, c'est une entreprise avec des milliards de dettes et aucune perspective
    les rembourser n'a d'intérêt pour personne.
    Bien sûr, les marques de luxe comme Bentley ou Ferrari sont également maintenues au goutte à goutte, mais elles ne sont qu'une autre classe. Celui où le nom seul rapporte de l'argent.

    Donc je pense que c'était mieux comme ça!
    Parce que je ne voudrais pas conduire un 9.3 sur une base de golf ni un avec les contrôles Munich compliqués et compliqués.

    Parce qu'un Saab, est un Saab, est et restera un Saab!
    Une voiture qui est différente!
    Celui que ma mère a du mal à ouvrir la porte de l'extérieur parce que la poignée de porte pivote vers le haut.
    Un dans lequel les gens de l'atelier grattent le carénage du volant, à droite.
    Un dans lequel les jeunes doivent regarder l'emblème et lire quel genre de voiture c'est.

    Juste un Saab!

    • vide

      Eric, très bien écrit! C'est exactement comme ça et c'est pourquoi nous aimons et conduisons notre Saab!
      Bon moment!

      • vide

        Indertat, comme le dit Hans; Ceci est très bien résumé et donne une image très réaliste de ce que pensent la plupart des fans de Saab.

    • vide

      J'aurais immédiatement acheté un 9-5 avec un moteur à cylindre 6 de BMW et quatre roues motrices.

      La base aurait été au moins au niveau technique actuel. Ce que vous obtenez de 2. Face-lift de la 9-5 ne peut pas réclamer. Avec ce type j'ai été vendu à bon prix une base désuète et un GPS inacceptable.

      Cette histoire aurait pu être différente. Il y aurait eu suffisamment d'opportunités de différenciation. Le club nationaliste n'a certainement pas aidé. Ailleurs vous n'étiez pas si sensible. Le fait est que même avec le 9-5 Aero SC, le Navi et la boîte de vitesses venaient des fournisseurs Toyota.

  • vide

    Hugh Weisman pouvez-vous montrer des photos de notre voiture?

  • vide

    Je conduis probablement l'une des dernières Saab construites par Muller. C'est un 9-3X Combi que j'ai acheté "neuf" en décembre 2012. Il a été fabriqué en décembre 2011 et s'était retrouvé coincé dans la faillite, assis sur un quai en Californie. Gary Blake Saab dans le New Hampshire l'a achetée à la succession de la faillite et l'a fait expédier au New Hampshire où je l'ai récupérée avec 63 milles au compteur… ..quelle voiture fantastique, et quel pleurer —- dommage qu'il y en aura ne sois plus.

  • vide

    Pendant des années, j'ai toujours été convaincu que SAAB réussirait avec de nouveaux investisseurs comme VOLVO avec la Chine, LAND-ROVER / RANGE-ROVER avec l'Inde. Une telle marque traditionnelle, progressive et innovante ……. Nous, la communauté Saab ainsi que Saab, avons été découragés et les dernières technologies vendues à des entreprises qui rigolent et je suis convaincu, comme vous l'avez déjà mentionné, que cette technologie est installée quelque part. Au final: le coup de grâce a de toute façon été fait par General Motors.

    Comme 17 ans, avant il y a environ 33 ans, je vis avec mon ancien professeur, un 900s Saab blanc ou i, je ne sais pas. Cette voiture me plaisait énormément bien, mais a un prix loin de mon ancien budget. A vu ma première voiture a été oublié alors une Opel Ascona 2ltr, et a été suivi par Opel à Opel et de nombreuses réparations dans toutes les années jusqu'à ce que 2004 notre bureau femme et passionné conducteur visé Saab à Aaretalgarage dans Münsigen et dit: Vous Müsch mau e Saab ga go, de Wosch vous NUME colères sont arrivés (Berne allemand) Il Werkstadt patron m'a donné une combinaison 9.5 SE à l'échantillon, ce qui correspond à mon budget. Dangers, acheté je suis tombé amoureux de cette marque. Il était le plus confortable et la meilleure voiture que j'ai jamais eu sous mes fesses. Il y avait un wagon 9.5 Aero, Aero combinaison 9.3 de cerfs, que j'ai vendu l'an dernier (qui diable me rode aussi) et ma femme à sa cinquantième un Land Rover Discovery Sport a acheté. Certes, venant du confort intérieur et vient à la Saab le plus proche.

    Il y a environ deux mois, j'ai eu une légère sensation de picotement après avoir lu tous les blogs Saab depuis le début, allumé AutoScout24 et commencé à chercher Saabs. Il était immédiatement clair pour moi que vous deviez contribuer à maintenir à nouveau cette marque. Parce que .. quel autre conducteur que le chauffeur Saab vous accueille amicalement lorsque vous traversez la route et a un si bon caractère? .... Il y a au moins une dizaine de jours, j'ai vu une offre près de Leibstadt d'un break 9.3, qui était décrit comme 2.8 V6 XWD, mais mon œil a vu des jantes spéciales, une calandre et un diffuseur en gris titane, un indicateur de pression de suralimentation en orange en regardant la galerie de photos exacte. il était clair pour moi que cela devait être un Turbo X. Le téléphone en main, le fournisseur contacté ...... .. depuis le 16 décembre, je suis l'heureux propriétaire d'une Saab 9.3 Turbo X sous forme combinée, tous les services chez Saab, démontrés et de service, et après une brève discussion j'ai eu le service d'embrayage Haldex4 crédité. La voiture est de première main, très bien entretenue et a l'air neuve ci-dessous, comme je la connais de Saab.

    Eh bien, le Land Rover est vraiment une grande voiture, .. mais j'aime le salut amical des conducteurs Saab qui étaient des regards intéressés dans la communauté et le cuir incroyablement confortable Turbo X. HIGH EN DIRECT SAAB

    Cher Tom, merci pour vos recherches et vos écrits inlassables. J'ai échoué à apporter une contribution financière, mais je vais compenser pour cela, car il vaut chaque centime et cent.
    MERCI MERCI MERCI

    @ Votre Tom de Suisse

    • vide

      Bonjour Tom, belle déclaration! Et si je n'avais pas déjà 6 Saab, j'aurais aussi acheté le Turbo X! C'était vraiment une bonne affaire. Je continue de vérifier le net pour une bonne Saab, je pense que 6 ne suffit pas ...
      Bon voyage et Joyeux Noël à Berne et à toute la Saabgemeinde
      Hans de Bâle

  • vide

    Malgré toutes les critiques de GM, il ne faut pas oublier que Saab lui-même n'était pas tout à fait innocent de sa chute. Ce n'est pas comme si Saab était une entreprise très rentable depuis des années. Ce n'est pas pour rien que vous avez été candidat au rachat... et l'"entêtement" des responsables de Saab est aussi légendaire. Le fait est, à l'instar de Citroën, qu'ils ont construit des voitures très idiosyncratiques qui ne satisfaisaient pas tous les goûts. Cela s'est également reflété dans les chiffres des ventes.

  • vide

    J'espère encore que l'article de Martins: fiction Saab. Une vision de l'avenir se réalisera

    Bien que je ne crois pas vraiment au retour de SSAB, mais le reste a été autorisé à voter. Je pense que seules les voitures encore plusieurs font disparaître. Pas nécessairement parce que le consommateur ne veut plus d'eux, mais parce que les jongleurs financiers internationaux qui possèdent des actions dans toutes les grandes marques aiment ça. Parce qu'ils espèrent plus de profit sans égard pour les gens.

  • vide

    Je suis tombé gravement malade en 2007 et je suis toujours en vie. En 2011, ma femme est tombée gravement malade et est toujours en vie. À l'été 2011, nous avons opéré une sorte de gestion du changement automobile et avons acheté un cabriolet 9-3 presque neuf. En tant que pétrolier, je savais, entre autres, grâce à ce blog, que les choses n'allaient pas bien avec SAAB. Je m'en fichais du tout et au cours des années suivantes, nous avons fait de nombreux beaux voyages en Allemagne et en Europe. Toujours avec un œil sur les beaux moments. Le constructeur SAAB n'existe plus depuis longtemps. C'est dommage et triste, mais rien ne peut être changé. Mais nous, les passionnés de SAAB, existons toujours pour cela. Nous vieillissons un peu à chaque tournée, et nos voitures aussi. Quand vous vous asseyez à la maison et pensez à la flotte, alors vous devenez un peu « têtu » et vous vous dites : « Est-ce que ça aurait vraiment dû être le cas avec mon SAABS ? » Absolument non ! Et il était donc plus que logique d'obtenir un 19-9I de presque 5 ans. Après tout, vous ne rajeunissez pas. Je n'ai pas non plus regretté le dernier achat, même s'il a fallu beaucoup investir pour améliorer la durée de vie sur le long terme. Le 9-5I a maintenant été assez bien restauré et nous accompagnera confortablement, bien et en toute sécurité à travers cela et certainement aussi à travers les hivers à venir. Alors que diable. Le constructeur n'existe plus, mais nous sommes toujours en vie et nous nous amusons avec nos voitures. Merci à Tom pour ses efforts inlassables et beaucoup de plaisir pour tous ceux qui pensent de la même manière.

    • vide

      C'est l'idée! ! !

      Quel commentaire. Chapeau et merci.

      • vide

        Wauw, Bukki; Merci de décrire votre expérience de manière si belle et si forte ici. Profitez de vos Saabs depuis longtemps !!!

  • vide

    SAAB a toujours eu d'autres idées vraiment innovantes, cela seul est un gros "pouah" pour les fabricants allemands. Le soupçon que les Américains n'ont reniflé Saab que dans le but de le piller et de s'en débarrasser est avec d'énormes lettres dans la pièce. Opel a été autorisé à continuer à vivre parce que cela correspond bien à l'honnêteté allemande - rien d'expérimental, seulement une bonne production pour les gardiens avec un peu d'argent - hourra. Et pourtant : sur le long terme, les constructeurs AudiMercedesBmwVWOpel de produits standards tomberont en pleine face à un prix gonflé, en baisse de haut cheval. En termes de véhicules électriques, Tesla a à juste titre déshonoré le ridicule i3 & Co dans tous les tests de comparaison. Mais les peuples germaniques ont investi des milliards dans des lignes de production puantes, bien sûr ils veulent un amortissement substantiel - en d'autres termes : jusqu'au tout dernier jour, des voitures à essence et diesel avec une électronique insensée et insensée et un paysage en plastique moins cher à l'intérieur continueront à être construites. Vive le profit (au détriment des autres) ! Mais: NEVS est vivant, avec un peu d'habileté, ils vendront bientôt des numéros décents - je suis aussi intéressé.
    PS: Lisez n'importe quel test de comparaison entre Deutschkarre et Volvo dans un journal automobile allemand - la Volvo est toujours censée être pire (la réalité semble complètement différente), c'est comme ça que c'était à SAAB.

  • vide

    Le 19.12.2011 était un jour noir dans l'histoire de l'automobile. Néanmoins, vous devez remercier V.Muller. Au moins, il a essayé. Sans lui, nous aurions probablement quelques milliers de Saab en moins sur la route et il n'y aurait pas eu le 9-5 NG. Incidemment, la grève meurtrière pour la marque est venue sous Nevs seulement après.

  • vide

    Salut,

    J'ai récemment rejoint un spécialiste SAAB avec de bonnes relations avec la Suède. La technologie de moteur que vous avez mentionnée semble avoir trouvé son chemin dans une marque. Au moins ce verre m'a clairement été présenté là-bas. Que le constructeur ne se trouve pas près de l'origine, il devrait être clair, si vous regardez, serait seulement un bloc pour tous les moteurs dans les utilisations de la zone 2l.

    L'héritage de SAAB est omniprésent dans le monde entier. Mais j'aurais préféré l'expérimenter dans un SAAB.

    Salutations d'Erik

  • vide

    salut Tom

    Bien écrit.

    1. C'est compréhensible comment cela pourrait arriver à cela. C'était probablement tellement voulu.

    2. Pourquoi est-ce resté ainsi, moins? Après tout, peu de temps après la faillite BMW a fait une offre. On n'a pas saisi cette chance non plus. Vous aurez eu des raisons. De toute évidence, quelque chose de mieux ne pouvait pas être fait.

    3. Aujourd'hui, il est également tout à fait clair pourquoi aucun autre fabricant n'a d'intérêt: Mis à part les droits de marque, il n'y a plus rien qui aurait une valeur.

    J'étais l'un de ceux qui ont acheté et conduit SAAB.

    SAAB était exceptionnel - avec les produits mais aussi avec une passion pour les opportunités. Malheureusement. J'aurais aimé conduire mon dernier SAAB encore plus longtemps.

  • vide

    Bonjour Tom, un autre article très bien écrit, qui vous rend encore une fois très réfléchi ...
    Au fur et à mesure que vous écrivez, nous continuons à conduire - satisfaits et aussi un peu têtus - nos Saabs et apprécions chaque jour juste pour être un peu différents ...
    Merci encore à l'engagement de Dein et Marks et à vous et vos familles un Joyeux Noël.
    Salutations de Thuringe, Peter

  • vide

    Un très bon résumé, quoique attristant, de ce qui se passe autour du 19.12.11 Il y a si longtemps, il est difficile de croire que nous sommes là, grâce à votre engagement de Saab.
    Il y a aussi nos voitures. Puissent-ils nous accompagner pendant longtemps.
    Tous un joyeux Noël et tout le meilleur pour 2018!

  • vide

    Merci pour ce miroir émotionnel. Oui, cette critique est toujours douloureuse. Mais aussi excitant.
    La photo de présentation est magnifique: une cour remplie de SAAB produits qui seront en route vers les clients ... mais à la fin, il y avait tout simplement trop peu de clients qui ont dit oui à SAAB et ont également acheté (!). DÉCHIRURE

  • vide

    Je ne comprends pas du tout qu'à ce jour aucun grand constructeur automobile ne s'est intéressé à SAAB ...

    • vide

      C'est probablement fini. Les grands fabricants ont d'autres choses à l'ordre du jour. Comment vont-ils être positionnés dans 10 jusqu'à 15 il y a des années? Seuls les fournisseurs de matériel pour les opérateurs de grandes flottes? Le marché change radicalement. Chine déjà 2 grands fabricants ont annoncé la fin pour les véhicules conventionnels à 2025 et la fin de la vente à 2020 privé.

      • vide

        2008 est devenu le tueur de la mort de la fabrication occidentale de mai, en transférant en Chine depuis.

        Je pense avoir réalisé à quel point c'était mauvais, lorsque les camions Scania ont annoncé que les commandes à terme pour l'année prochaine étaient de 80? unités (3.2% des années précédentes), Oui seulement 3.2% par rapport aux années précédentes…. !!

        Tout le monde, c'était faible (y compris GM) ce qui s'est foutu du cou, et les banques n'aimaient pas agir.

        Pendant ce temps, les BANQUES chinoises, dont beaucoup avec beaucoup de $$$ farcies pour les jours de pluie, ont maintenant déménagé et acheté le monde… .. !!

  • vide

    Pour moi, VM n'était pas un héros mais un mixeur. Quant aux graines suédoises, pourquoi la Saab devrait-elle économiser? Si les choses vont bien, l'État interdit toute ingérence, si les choses tournent mal, l'État devrait sauver. Épargner les banques est mauvais, Saab épargner bien? Désolé, mais si vous voulez une économie de marché / capitalisme, vous devez avoir les mauvais côtés derrière votre tête ... si cela vous dérange, vous devez changer quelque chose.

    • vide

      Bonjour Daniel,

      avez-vous déjà entendu parler de l'économie sociale de marché? Cela a toujours été une priorité pour la Suède en particulier ...

      L'exemple avec les banques n'est pas mauvais - seulement à la différence que les banques sont généralement soutenues par l'État si nécessaire. Et qu'en est-il de sauver GM dans une Amérique fortement capitaliste? D'une manière ou d'une autre, c'était encore plus social là-bas qu'en Suède - toute la tragédie en Suède est sans aucun doute encore pleine de gros points d'interrogation et l'aide mais finalement refusée d'injection d'un milliard de dollars n'aurait pas non plus dû être le vrai problème pour la riche Suède. Les raisons de ce processus étaient avec GM (effectivement observé au fil des ans) et finalement avec l'administration suédoise, qui n'avait pas vraiment d'esprit social.

      • vide

        Merci Rudolf, pour ta réponse à Daniel. Je voulais aussi le faire mais je ne peux pas dire mieux comment vous l'avez mis ici.

      • vide

        L’économie sociale de marché est bien beau, mais cela ne doit pas signifier que les entreprises sont soustraites à leurs responsabilités. Ils poussent le chariot contre le mur, puis se penchent en arrière et laissent l'État, c'est-à-dire les contribuables, payer le tout. Ce n'est pas la solution ni avec les banques ni avec d'autres entreprises. Mais si tout le monde se plaint de l'État suédois, la facture a porté ses fruits pour GM ... vous ne regardez plus les vrais coupables.
        Si l'État veut faire quelque chose, il faut commencer beaucoup plus tôt. Il n'est peut-être pas si facile pour des entreprises comme GM de créer une telle situation.
        Bien sûr, certains auraient aimé voir l'état sauver Saab, c'est aussi un blog Saab. L'enthousiasme aurait-il été tout aussi grand lorsqu'il s'agissait de Volvo ou de Renault? Juste comme une expérience de pensée ...

        • vide

          Bonjour Daniel,

          En disant que GM est le vrai coupable, ils soulagent l'État suédois dans un sens, mais aussi SAAB.

          Et cela soulève - pour moi du moins - déjà la question de savoir si un Etat ne pourrait plus assumer sa responsabilité en tant que site industriel, pour une entreprise traditionnelle et ses employés, ses fournisseurs et ses employés, aurait dû montrer plus d'engagement ou même ?

          Surtout dans le contexte mondial de « America first » et de la politique économique chinoise, l'Europe et ses gouvernements nationaux sont, à mon avis, bien avisés de prêter attention aux chaînes de valeur et aux maillons qui doivent être préservés localement.

          Nous n'avons pas besoin d'imaginer qu'en tant que pure société de R&D, nous sommes ou pourrions devenir quelque chose comme la race de maître aisée et hautement éduquée au-dessus d'un établi asiatique. Ce serait une arrogance postcoloniale (à mon avis, assez répugnante).

          Et la réalité l'a dépassée depuis longtemps. Des sociétés ur-européennes comme Airbus ouvrent des centres de développement en Inde. On trouve non seulement des installateurs, mais aussi des ingénieurs et des chefs de projet partout dans le monde, souvent moins chers et également hautement qualifiés.

          Et il a été accordé à toutes les nations et à tous les concitoyens du monde, pour couper une tranche de prospérité industrielle. Mais cela ne crée-t-il pas également une pression concurrentielle et une responsabilité pour les gouvernements européens? ? ?

          Pourquoi la Suède, les autres Européens et leurs gouvernements respectifs devraient-ils être dissuadés de prendre leurs responsabilités au niveau local et pour leurs propres citoyens?

          SAAB est mort et Volvo est désormais fermement aux mains des Chinois (également après un détour par les États-Unis). Volvo et SAAB étaient les seuls fabricants scandinaves. Un problème est survenu. Terriblement tordu! ...

          • vide

            La transformation vers une société de R&D n'a rien à voir avec le « vouloir » ou l'arrogance, elle vient naturellement. Les chinois sont juste moins chers ! Je ne veux demander à personne de travailler dans des conditions/salaires chinois. Il ne fait aucun doute que cela crée également des problèmes pour nous, tout le monde ne peut pas faire un travail hautement qualifié.
            Dans un exemple précis, qu'aurait-on gagné si Saab avait été sauvée par l'État suédois ? Vous ne pouvez plus monter un cheval mort ! Si je suis bien informé, Saab n'a eu que quelques années dans les années 80 qui leur ont vraiment fait du profit. L'entreprise était très déficitaire et même avec beaucoup d'imagination, je n'aurais pas pu les voir doubler ou tripler leur chiffre d'affaires. Le gouvernement suédois l'a probablement vu de la même manière. Si cela n'avait duré que quelques années "bâclées", j'aurais trouvé dommage qu'il n'y ait eu aucun soutien du gouvernement, quel qu'il soit.
            Cependant, Saab a enregistré plus de 200 millions de pertes d'exploitation chaque année et vendu un peu plus de 2007 90000 voitures en XNUMX. Ils auraient dû trouver des masses d'acheteurs de voitures neuves, quelques "fans de Saab" contaminés ne suffisent pas.

            • vide

              Vous ne pouvez pas laisser votre déclaration non commentée. Que Saab soit rentable ou non n'est pas clair. GM a réservé toutes sortes de dépenses sur le stablebacka. Développement de prototypes et construction de showcars ​​pour d'autres marques, le développement du BLS. En retour, les revenus générés par Saab n'ont pas été crédités aux Suédois, mais comptabilisés pour d'autres marchés et marques.
              Selon la faible demande avec le GM Trollhättan amusé, avec le manque d'investissement, je ne serais pas sûr s'il n'y avait pas au moins un zéro noir à la fin.

          • vide

            @ Tom : cela a été "trompé" dans la comptabilité par les GM, c'est bien connu. Mais quel était le bénéfice par voiture ? Quand je vois qu'Audi vend plus de véhicules par quart de l'A4 seul que Saab avec tous les modèles par an, vous commencez à réfléchir. Bien sûr, les dépenses chez Audi sont également plus élevées, mais Saab n'a tout simplement pas assez vendu.

            • vide

              Impossible de comparer, Audi a beaucoup plus de modèles. Je pense que vous devriez poser la question différemment. Quels ont été les coûts? GM a entré 90 avec 50%, 2000 100%. Pendant ce temps, le 9-5 I a été développé et le 9-3 II, le 900 II ne compte pas, ce qui était aussi bien que prêt au démarrage. Et puisque les 9-5 NG et 9-4x ne sont apparus qu'à l'ère Spyker, GM n'a dans les années 20 que 2 (!) Lancé des modèles complètement nouveaux. Les investissements sont plus que gérables.
              Une usine efficace à cette époque produit des véhicules relativement chers qui ont reçu le lifting à petites doses. Le rendement par véhicule était certainement élevé, mais il n'a jamais atterri en Suède.

          • vide

            @ Daniel,

            Citation : « La transformation vers une société de R&D n'a rien à voir avec le « vouloir » ou l'arrogance, cela vient naturellement.

            Oh, c'est tout. Il y a déjà quelques années, Schröder parlait de la transformation sociale en une société de service en tant que voie royale. La volonté politique de poursuivre activement cette direction est réelle et un dogme documenté prévaut aujourd'hui.

            Cela ne vient pas seulement de soi, mais repose sur des évaluations et des conceptions politiques. Même sur la liberté créative inutilisée et l'omission.

            Et le (postcoloniale) l'arrogance est seul dans la croyance erronée, les pays émergents et leurs citoyens se contenterait en permanence avec leur rôle prévu en arrière plan de travail pas cher et postcoloniale sont en permanence dans une compétition pour la technologie.

            Propager notre avance technique en tant que modèle d'avenir durable (Schröder) est basé sur un sentiment de supériorité totalement infondé. Arrogant postcolonial ...

            L'Europe a depuis longtemps commencé à trébucher et à tomber sur le nez avec cette stratégie. Les trains à grande vitesse chinois remportent les appels d'offres et sont vendus aux pays occidentaux. L'ICE est laissé pour compte. Juste un des nombreux exemples. Télécommunications, construction navale, électronique de divertissement, matériel informatique, automobile, robots industriels, systèmes solaires, aérospatiale, etc. ...

            La Chine, la Corée du Sud et l'Inde souhaitent la totalité de la chaîne de valeur. Et ils le peuvent!

            Mais beaucoup ne veulent pas l'admettre et manquent de réactions politiques. La question est de savoir si et ce que nous pouvons encore faire dans les années 20 à 30 dans ces conditions?

            Ou deviendrons-nous une société de R&D, bientôt sans établi et sans commandes (voir industrie solaire allemande)?

            VM et l'État suédois auraient dû se réunir à temps. Ensuite, il n'y aurait probablement pas eu de problèmes avec les licences GM. Et maintenant j'ai un 9-5 II SC ...

  • vide

    L'état suédois n'a rien fait, alors qu'il était possible d'aider Saab, simplement en vendant les voitures 20% plus cher, sans perte significative sur le marché. Regardez les prix de Lexus, Infiniti, et bien d'autre. Cette faillite est une erhur de marketing, GM ne visait que les voitures bon marché, ce n'était pas la place de Saab.

  • vide

    Comme on le sait, l'État suédois aurait pu soutenir significativement la marque dans cette phase difficile. De nombreux autres constructeurs automobiles européens auraient depuis longtemps disparu des marchés si les chefs d'État n'étaient pas intervenus pour aider - même le groupe GM douteux a été "sauvé" en Amérique avec d'énormes sommes d'argent du trésor public.

    Merci encore à la Suède pour une telle "réalisation".

    • vide

      Comme nous l'avons appris des années plus tard, ces considérations existaient. Reprenez Saab, rénovez, puis vendez. Malheureusement, il y avait alors une somme d'un milliard dans la salle, non pas en couronnes suédoises, mais en €, ce qui n'aurait pas été politiquement faisable. Il ne faut pas l'oublier : la marque était en mauvais état, l'entreprise a été « amputée » par GM et ne pouvait survivre seule.

      • vide

        La tristement célèbre amputation a probablement été décisive ...

        ... parce que le portefeuille de produits de SAAB n'a jamais été aussi vaste sans amputation. Ils avaient (avant Diesel-Gate) les diesels les plus économiques et les plus puissants proposés qui aient jamais été transplantés dans un SAAB. Les moteurs à essence étaient neufs et, par rapport à leurs prédécesseurs, étaient pratiquement des cerfs départ usine (ce qui n'a bien sûr pas empêché les Suisses d'affiner ces beaux moteurs avec du laurier, du genévrier et du poivre aux plats de gibier et en même temps de leur en donner plus " volume" ... ).

        Un grand break et un SUV étaient dans les starting-blocks et le moteur 9-5er différent était disponible avec XWD, dans le top moteur, c'était même obligatoire. Le 9-3, modernisé à plusieurs reprises, a complété l'offre et était à la pointe de son évolution.

        Sans amputation, SAAB aurait non seulement fourni de bons arguments en faveur d'un nouvel achat pour des clients SAAB de longue date, mais aurait également ouvert de nouvelles perspectives et de nouveaux acheteurs.

        Le 9-4X et le 9-5 SC II auraient été des véhicules idéaux pour la police suédoise et les pompiers (Commandement des opérations). Le NG aurait été le taxi diesel le plus populaire Malmö, Göteborg et Stockholm et pourrait également trouver de nouveaux conducteurs en dehors de la Suède.

        Oui, serait, serait, serait ...

        Le 19.12. (2011) est vraiment le jour officiel de la mort. C'est formidable que SAAB se souvienne si dignement et que le patrimoine soit maintenu en vie.

        Encore une fois génial!

        • vide

          Je pense aussi que le portefeuille que SAAB avait dans les starting-blocks aurait sauvé l'entreprise. D'autres constructeurs automobiles étaient déjà au bord de l'effondrement et grâce à des produits plus intelligents et plus modernes, ils ont obtenu le virage. Des exemples de ceci sont BMW et VW. Vous pourriez pleurer - mais cela n'aide pas.

Les commentaires sont fermés.