Spyker en difficulté?

Spyker court encore un thriller hollandais, ou mieux dit un drame. La recherche de nouveaux donneurs n'a pas été couronnée de succès jusqu'ici, le lien pour construire le nouveau Spyker B6 n'a ​​également apporté aucune solution.

Vente aux enchères de Spyker à Troostwijk
Vente aux enchères de Spyker à Troostwijk

Les partenaires de la Chine ne remplissent pas leurs obligations contractuelles, et les choses se gâtent pour l'ancien propriétaire et directeur général de Saab, Victor Muller, et pour le fabricant de petites voitures de sport. Spyker à la fin? Donc il semble que j'avais déjà Avril sur la situation de plus en plus difficile rapporté.

Pour couvrir les dettes fiscales de l'entreprise, une campagne en ligne a été organisée, à partir d'aujourd'hui au 28. Juillet devrait être en cours d'exécution. Les moteurs et les transmissions 85 Audi V8 vendus aux enchères, les voitures de sport Spyker rares avec l'histoire de la course, le Spyker C8 semi-fini. Plusieurs prototypes et voitures d'essai devraient être sous le marteau, y compris la série Spyker D8 jamais construite. Le SUV aurait été fabriqué avec son partenaire Youngman, et pour satisfaire les clients exigeants en Asie.

Les dettes fiscales sont, ainsi Victor Muller à la presse, maintenant entièrement payés. Cependant, quelques jours après cette déclaration a été ajouté à la vente aux enchères Troostwijk toujours en ligne comme une annonce. Seulement aujourd'hui, à la dernière minute, la liste des enchères et la vente aux enchères elle-même ont été retirés du réseau.

Muller l'a fait encore et a évité la vente aux enchères imminente. Seulement pour combien de temps? La fin de Spyker serait triste, encore moins un petit fabricant. La liste des pertes des petits exotiques, la cerise sur le gâteau de l'industrie automobile, s'allonge. Artega et Wiesman sont déjà de l'histoire, les exotiques sont en train de disparaître.

Texte: tom@saabblog.net

Photos: Troostwijk

 

 

3 commentaires sur “Spyker en difficulté? »

  • vide

    Victor Muller a eu le courage, et a essayé avec Saab, seulement il vient de s'impliquer avec les Chinois. Ils n'ont pas besoin de courage, car lorsqu'il s'agit de respecter les contrats, comme nous l'avons remarqué, leur signature ne vaut pas l'encre.

  • vide

    Dommage que les partenaires chinois, comme NEVS le sentait, ne soient pas du tout fiables.
    Pourquoi n'avons-nous pas le courage de réaliser quoi que ce soit en Europe?
    Il y a assez de capital mais pas de courage.
    Ou manquons-nous du sens nécessaire de la conscience de soi?

    • vide

      Je me suis souvent demandé dans de nombreuses directions différentes.

Les commentaires sont fermés.