Négociations avec Mahindra & Dongfeng

Après que nous avons été occupés avec nos véhicules ces derniers jours, aujourd'hui nous nous tournons vers la Suède ... vers l'Inde. Au cours des dernières heures 48, de plus en plus de reportages ont paru dans les médias indiens sur les négociations entre NEVS et Mahindra.

Maingate NEVS-SAAB © 2014 saabblog.net
Maingate NEVS-SAAB © 2014 saabblog.net

Mahindra ne commente pas, ce qui est un bon signe et presque une confirmation. Il s’agit pour les Indiens de l’entrée possible en tant qu’actionnaire chez NEVS. Anand Mahindra, PDG et petit-fils du fondateur de la société, entretient de bonnes relations commerciales et privées en Suède. Il est susceptible d'avoir les meilleures cotes à Saab AB et à la politique lorsqu'il s'agit d'entrer dans Trollhättan, et aurait une amitié avec la famille Wallenberg.

Le deuxième interlocuteur, Dongfeng, est déjà depuis plusieurs mois l'un des principaux actionnaires de Peugeot-Citroën, négociant un partenariat de développement et participant à la plate-forme flexible Phoenix.

La façon dont NEVS veut réunir les deux partenaires ayant des intérêts différents sous un même toit n'est pas révélée. Pour Mahindra, l'entrée devrait se traduire par une prise de contrôle complète, car NEVS n'est pas un partenaire à parts égales. Kai Johan Jiang a vendu ses actifs en Chine, dont on pense que les poches sont vides. La position de négociation de NEVS est faible et s'affaiblit chaque jour. Afin de pouvoir payer les impôts et les cotisations de sécurité sociale, NEVS a cédé le parc de véhicules neufs à Svea Inkasso à titre de garantie, les stocks qui ne sont pas nécessaires sont vendus afin de créer de la liquidité. Pour NEVS, la situation est très tendue et le couloir temporel est étroit.

Il est peu probable que NEVS fasse faillite, ni Dongfeng ni Mahindra ne sont intéressés. Ni la politique suédoise, car il y a des élections riches, même la ville de Trollhättan, qui est toujours aux prises avec un taux de chômage élevé.

Un article de fond détaillé sur la situation à Trollhättan est présenté.

Texte et image: tom @ saabblog.net

Réflexions 21 sur “Négociations avec Mahindra & Dongfeng »

  • >> La politique suédoise non plus, car il y a des élections au Reichstag ... <

    Le seul hic, c'est qu'ils n'ont pas à «se soucier» de la faillite de SAAB-NEVS. Apparemment, cela fonctionnerait aussi tout seul et sans aucune action ...

    D'un autre côté, je doute fortement que l'on puisse être disposé à faire davantage d'efforts pour prévenir l'insolvabilité.

  • Je ne pense pas que SAAB soit si peu attrayant pour les investisseurs indiens. Il n'y a pas d'héritage gigantesque, la main-d'œuvre est très gérable pour une usine automobile et la production est déjà en cours (à titre de test) - NEVS n'a pas été inactif. Le 9-3SC et le cabriolet sont également en préparation sans OGM.

    C'est certainement mieux que les constellations chinoises particulières de ces dernières années. Comme il y avait toujours des autorités impliquées, vous ne pouvez pas compter sur quoi que ce soit (ce n'est même pas avec nous)! Et ce qui a été ajouté à l'arrière-plan de la politique et de la corruption, certainement pas de regard européen à travers.

    Une entreprise (familiale) comme Mahindra est la dernière solution crédible.

  • Peu importe s'ils sont chinois ou indiens, ils veulent seulement acheter si cela en vaut la peine pour eux. Les exemples JLR et Volvo n'ont eu qu'une différence très décisive pour Saab. Après tout, tout compris de la production en cours d'exécution, gamme de modèles commercialisables et surtout avec licence et Kwow How de Ford vendus. La plateforme Phoenix peut être intéressante pour certains, mais c'est tout. GM licences dans le monde serait différent, mais la chance M. Muller dans le gesetzt.Daher de sable peut à mon avis, la situation de Saab comparer certainement pas avec JLR et Volvo.

    • Mahindra a toujours été mon préféré pour SAAB. Après tout, la production tourne (théoriquement) et le 9-3 OG est sans GM. Cela pourrait rapprocher le temps de développement des nouveaux modèles.

  • Et si tout était planifié exactement et est? Les Chinois ne dorment pas sur l'arbre !! Tout cela arrive si soudainement que je pense improbable. NEVS a fait des préparatifs, a rendu la fille jolie, la production est en cours, le prix augmente! Cela expliquerait pour moi aussi la retenue médiatique de NEVS. Tata et LRJ sont un exemple de comment cela fonctionne. Cela ne doit pas être !! Volvo l'a relativement bien, Saab non! Le pays d'origine n'est pas une garantie de succès.

  • Mahindra tente de mettre les pieds sur le sol européen depuis plus de 20 ans. Il y avait même une planification pour un petit rassemblement en Grèce, pour les bâtiments sous licence Jeep. Et lt wikipedia en Allemagne.

    Jaguar voulait les acheter:
    http://www.motorauthority.com/news/1026405_indias-mahindra-pulls-out-of-jaguar-land-rover-bid
    Ils travaillent avec Volvo:
    http://www.informationweek.in/informationweek/news-analysis/281863/volvo-cars-partners-tech-mahindra-app-maintenance-development
    Et ils voulaient aussi acheter Aston Martin:
    http://www.forbes.com/sites/naazneenkarmali/2012/11/26/mahindra-in-race-for-aston-martin/

    Ils recherchent des opportunités d'expansion et ont de l'argent. Je pense que c'est génial.

  • C'est déjà bizarre. Depuis que vous avez commencé à produire l’ancien 9-3, vous n’avez plus d’argent. Où vous avez tant à faire. Et tout à fait absurde que ce n'était pas avec les E-Saabs. Où sont restés tous les partenaires solides de la Chine? Est-ce que ces gars-là se sont essoufflés?

    • Ou les Chinoiszen continuent-ils d'investir mais seulement pour des travaux en Chine? Si Saab Dan est à bout de souffle, l'argent promis achètera les restes et apportera tout en Chine.
      Une stratégie ????

  • D'une manière ou d'une autre, vous avez tout lu avant ou d'une manière similaire dans le passé. Au début, tout va bien. Grands plans et visions et finalement tout n’est que de l’air chaud. La plate-forme Phénix apparemment géniale, la plate-forme de ponte Wollmichsau, à laquelle tout le monde tient soi-disant. Les investisseurs apparemment puissants sur le plan financier s'avèrent être des chiffres nuls et à la fin, des négociations avec des Chinois et des Indiens ont finalement échoué. Le dernier reste sera ensuite transformé en argent et une fois encore, SAAB se retrouvera en faillite.

    SAAB n'a qu'une seule chance: un investisseur extrêmement puissant et prêt à injecter plusieurs milliards d'euros dans SAAB pendant de nombreuses années.

    Aussi difficile que cela puisse paraître, mais avec le 9-3 actuel, vous ne gagnez plus vraiment de pot de fleurs. Bon design ou pas. Cette voiture manque tant de coins et recoins. Tous les concurrents proposent des voitures plus modernes à tous égards. Moteurs, systèmes d'assistance, etc ... Il n'y a même pas de système de navigation. D'autant plus qu'il n'y a pratiquement plus de structure de concessionnaires et aucune offre de location raisonnable.

    S'il vous plaît, ne vous méprenez pas, je suis un fan déclaré de SAAB et j'aime toujours beaucoup le 9-3.

    • Nico, c'est la finale, la dernière chance, pour ainsi dire. Soit Mahindra met la chose dans un tissu sec, ou la saga est terminée.

      • Honnêtement, je n'y crois plus. Aussi triste que je pense personnellement. Si SAAB était si attrayante, pourquoi les constructeurs tels que Geely, Tata, Daimler, VW, Toyota ou BMW ne sont-ils pas impliqués? SAAB est, de façon réaliste, une tombe financière.

      • Il y a juste assez de capacités en Europe. Pour les autres fabricants, probablement. à l'exception de Geely, Saab n'apporterait rien. Pourquoi BMW, par exemple, devrait-elle s'engager dans un autre travail après avoir à nouveau développé ses propres capacités? Traction avant? A BMW lui-même, et plusieurs projets en cours. Et la croissance de l'image vient comme personne. Les choses sont différentes avec Mahindra. Pour ceux-là, Saab pourrait être ce que JLR est pour Tata.

      • Il y a encore de la surcapacité. En fait, Saab ne peut intéresser qu'un groupe émergent en dehors de l'Europe, car seule la région asiatique est réellement en cause. Une marque premium pour Lau sans gamme de modèles mais avec une nouvelle plate-forme en phase de développement, ainsi que des bases de revendeurs en Europe, sur lesquelles on peut ensuite commercialiser ses propres produits. Je pense aussi, soit aux Indiens, soit à la colonie.

      • SAAB est une option pour l’avenir si vous avez la bonne stratégie et le bon contexte. NEVS ne l'avait pas, c'est clair. Deux années perdues, mauvais travail des avocats spécialisés en insolvabilité, que fait la politique suédoise? Ah oui, le plus grand Suédois ne conduit ni Volvo ni SAAB mais 750iL

      • Nico,

        Les entreprises que vous avez listées ont toutes leurs lignes de production et en font quelque chose - je fais confiance à Mahindra sans plus tarder pour qu'elles «bercent l'enfant» comme l'autre grand Indien Tata (qui est connu pour avoir repris Jaguar)!

        Les nouveaux modèles sur la plate-forme PHOENIX sont presque prêts pour la production - il ne manque plus qu'une bonne conception et un marketing approprié.

        Soit dit en passant, la Mahindra Corporation a également repris Ssangyong. Cependant, chez les concessionnaires représentés dans le monde entier, il y a principalement des véhicules tout-terrain - les nouvelles voitures SAAB feraient également très bien ici!

        Attendons juste.

    • Bonjour Nico, vous avez malheureusement raison, il n'y aura pas d'investisseur potentiel qui repartira de zéro. Personne n'a le temps de développer quelque chose de nouveau. Et puisque vous ne pouvez pas gagner d'argent avec les produits Saab en attendant, la chance est proche de zéro que tout investisseur va s'impliquer ici. Aucun fabricant ne peut se permettre des milliards de milliards. Premier droit pas avec une fin ouverte, si ou quand l'argent peut être gagné. Nous devrions tous chérir et chérir nos trésors. Saab n'existera plus. Malheureusement.

      • Bjorn,

        PHOENIX est presque terminé - donc Mahindra ne commencera pas à 0 et aurait à peine négocié avec NEVS depuis des mois sinon
        un véritable intérêt existerait.

        Je considère en fait qu'il va de soi que Mahindra dispose de ressources financières suffisantes et investira également le montant nécessaire dans SAAB - Tom a raison à son avis s'il suppose que NEVS n'est pas un partenaire sur un pied d'égalité et éventuellement une prise de contrôle complète par Mahindra est ciblé.

        Attendons de voir ce qui se passera dans les prochains jours.

      • Bonjour Detlef,
        nous avons tous été concernés par Saab pendant des années dans le domaine de la spéculation. Quel intérêt (le cas échéant) Mahindra ne connaît aucun de nous. A partir de O signifie que Saab n'a rien mais rien du tout en termes de réseau de distribution, de véhicules ou d'infrastructure européenne. C'était différent avec Volvo ou Jaguar. Là, les magasins ont été continués. Saab a z. Pour l'instant rien du tout. Malheureusement.

      • Bjorn,

        avec l'affirmation que SAAB a z. Pour le moment, rien du tout, si vous offensiez les autres représentants fidèles de la SAAB dans le monde - une multitude d'entreprises pourraient être répertoriées ici!

        Dans le cas de Mahindra (en tant qu'investisseur), il y aurait un grand avantage à ce que cette société mondiale ait des centaines de succursales Ssangyong dans le monde - j'imagine que certaines d'entre elles seraient intéressées à proposer également des automobiles SAAB.

        Je pense que la connexion M&M avec SAAB serait une constellation prometteuse.

  • Hmmm ... Je me demande ce qui arriverait à SAAB aujourd'hui si vous aviez choisi Mahindra «il y a des années».

    Incroyable, je pense aussi que Mahindra semble toujours avoir un intérêt pour SAAB.

  • Moin Tom, merci pour votre couverture détaillée, tout cela sonne très bien. Continuez comme ça et passez une bonne journée.
    LG
    DHS

Les commentaires sont fermés.