30 ans plus tard - SAAB Spirit rechargé.

Contribution du lecteur par Dominik Merkle

Au milieu des années 80 j'étais là pour la première fois, le 96 que j'avais acheté un an auparavant. Temps suffisant pour sortir de quelqu'un qui aimait la voiture pour devenir un fan de Saab, pas seulement aux yeux de mes semblables. Je suis allé à Trollhättan pour visiter l'usine et faire connaissance avec Saabstadt.

Ministre suédois de l'économie et NEVS-Saab 9-3
Ministre suédois de l'économie et NEVS-Saab 9-3

En été, les préparatifs ont été faits pour la nouvelle année modèle, de sorte que les visites à l'usine n'étaient pas possibles, a dit la gentille dame à la réception. Mais elle a pris le téléphone et peu de temps après est apparu un plus sympathique mi-fifties voulait d'abord voir ma voiture, puis a parlé plus longtemps avec moi et me mettre à la fin d'un sac plein article de marchandises sur le siège arrière. Puis il a expliqué le chemin à une station d'essence à proximité, où je serais attendu.

Plus tard, j'ai appris qu'il était le chef de la production. Un peu perplexe, j'ai cherché et trouvé la station-service où quelqu'un attendait le garçon d'Allemagne. C'était logé dans une sorte de garage souterrain, qui devait devenir le Saabmuseum quelques années plus tard. On me permettait de tout voir, on m'autorisait dans les voitures, je recevais de vieilles brochures et des manuels, et mon enthousiasme pour la marque et la façon familière avec leurs conducteurs se développait presque à l'infini. Au fil des années, j'ai fait la connaissance de nombreuses personnes qui avaient vécu des expériences similaires et qui étaient certainement plus enthousiastes que moi-même.

[sam id = "10" codes = "true"]

Mais à la fin des années quatre-vingt-dix, les choses changèrent de plus en plus et je réalisai que Trollhättan était devenu l’un des nombreux ouvrages d’une grande entreprise et que les gens de Saab ne pouvaient pas faire ce qu’ils voulaient ou peut-être qu’ils ne le voulaient plus et pas même les déranger. Les Cadillacs étaient maintenant sur les bandes à l'usine et la vue était sombre.

Pure Joy = Saab est de retour!
Pure - Joy = Saab est de retour!

30 ans après mon premier trajet, je suis de retour à la porte de l'usine, beaucoup n'a pas changé, sauf que le parking est presque vide. Personne ne sait exactement ce qui se passe dans l'usine, au moins jusqu'à ce jour. J'ai une invitation à commencer la production dans ma poche, saluée par une poignée de main à l'entrée et j'ai gentiment passé devant un 16S rouge affiché dans le hall d'une salle de conférence. L'ambiance y est très détendue et calme, bien qu'il y ait une certaine tension dans l'air.

Et soudainement c'est de retour: le difficile à exprimer quelque chose que beaucoup appellent l'esprit Saab, un mélange d'innovation, de solutions réfléchies, d'humour et de modestie, et le courage de prendre des chemins non conventionnels. Cette fois, cependant, avec un accent sans équivoque sur la faisabilité économique. Le propriétaire né en Chine a, je crois, respiré et compris cet esprit. Il est le seul qui garde son adresse en suédois, il ne promet aucun miracle mais des pas réfléchis. De la 9-3 à essence est sur le point de rouler sur la ligne, sur le break et convertible à la voiture électrique, dans une période gérable. En outre, la plate-forme Phoenix devrait être utilisée, et vous ne voulez construire que des voitures pour lesquelles il y a des commandes.

En début de production: photo de groupe avec management et célébrités
En début de production: photo de groupe avec management et célébrités

Le rideau s'ouvre et révèle l'assemblage final de la plante. Alors que la ministre suédoise des Affaires économiques prononce son discours, le 9-3 noir roule lentement sur la bande. Une bande bleue et jaune est coupée et la reprise de la production automobile à Trollhättan est un fait. Le responsable de la production fait sortir la voiture de la chaîne de manière assez peu spectaculaire et la place devant les journalistes avec les roues avant légèrement rabattues. Peu spectaculaire. Sans bouchons de champagne, sans feux d'artifice. Les gestionnaires légèrement timides donnent des interviews, cool et factuelles, il n’existe aucun professionnel des relations publiques pour organiser l’événement.

[sam id = "8" codes = "true"]

Un peu à l'arrière-plan se trouvent les ouvriers qui ont construit la voiture, mais ils en font partie et sont fiers de leur nouveau produit. D'autant que beaucoup d'entre eux commencent à prendre des photos de la voiture avec une importance plus ou moins importante. L’événement est loin de ce que GM a organisé, et il n’a aucune des visions grandioses du successeur de GM. C'est presque comme Trollhättan dans les années 80, seule la voiture a un look différent.

Sera-ce la même chose? Non, certainement pas, le marché ne le permettrait pas. Je ne pense pas non plus que notre marque en Europe retrouvera jamais le statut qu'elle avait autrefois. Mais mes impressions sont très similaires à celles de mes trois compagnons de voyage. Bien sûr, lors du voyage de retour en Allemagne, nous n’avions qu’un seul sujet: outre l’enthousiasme qu’il nous était permis d’être là-bas, nous étions d’avis que quelque chose évoluait dans une direction très positive. NEVS sait ce qu’ils font et c’est réaliste.

Texte: Dominik Merkle

Images: saabblog.net

6 commentaires sur “30 ans plus tard - SAAB Spirit rechargé. »

  • Je suis entièrement d'accord avec l'article de Dominik. À cette époque, je ressemblais beaucoup aux expériences de l’année 1984, lorsque j’ai été autorisé à visiter l’étape préliminaire du musée d’aujourd’hui dans la cave. À cette époque, nous avons été accueillis par Albert Trommer, alors directeur du musée, qui est malheureusement décédé trop tôt deux ans plus tard.
    Il n'a pas manqué l'occasion d'obtenir un prototype du 9000, trois mois avant la présentation officielle!

    Mais le bacille de Saab a commencé bien plus tôt : 1969 la première publicité sur la Saab 99 dans un journal automobile, 1970 le premier contact à F-Niedereschbach près de Saab en Allemagne, où j'ai reçu des dizaines de brochures (« pour tous les oncles et tantes ») et de sorte qu'une passion pour la collection de prospectus Saab s'est déclenchée en moi. Il n'y avait aucune arrogance à ressentir envers un adolescent de 14 ans à l'époque, juste de la simplicité et de la gentillesse.

    Inoubliable aussi le premier test détaillé 1971 dans les ams sur le 99 E, où même la leçon de danse qui a eu lieu immédiatement avant était inintéressante, depuis lors les ams au kiosque de la gare m'attendaient.
    Puis en 1973, le test de comparaison dans le journal automobile, dans lequel la 99 E finissait deuxième juste derrière la BMW Série 5 - et cela dans un journal allemand. Loin derrière se trouvent Mercedes 200, Volvo 144, Citroen DS et Lancia Beta.

    D'une manière ou d'une autre, des parallèles peuvent être observés aujourd'hui, même si les temps ne sont plus comparables. Bientôt, les chers journaux automobiles allemands, mais aussi français vont pirater l'Oldie 9-3 sans se rendre compte qu'il a toujours un entraînement par chaîne d'arbre à cames solide et un frein à main manuel judicieux - et pas ces courroies de distribution en constante évolution ou bon marché- Construction incorrecte de la chaîne de la famille tant aimée VW, Audi, Skoda et Seat, du débutant, électrique
    sans parler de frein à main agissant.

    Alors les futurs "tests", dans lesquels le 9-3 sera jugé négativement par ces "experts", à noter avec le sourire, ou à ne pas lire du tout...

    • @ Uli:
      Vous avez mis ça en mots! Nous étions déjà autorisés à profiter de la presse spécialisée début décembre.

      Puisque vous ne pouvez contrer que dans le secteur privé avec des faits. Au cours des dernières années, j'ai apporté quelques collègues à notre marque en les emmenant simplement en voyage d'affaires dans mon ancienne mais bourrée 9000 ou même la décapotable 900. En attendant, le groupe SAAB ne peut pas être négligé dans notre parking. On se fait parfois rire, mais d'une manière ou d'une autre les autres ont aussi du respect.

  • Grande contribution de la base de fans! Bon à lire, bon à savoir - SAAB revient 🙂

  • Chère Dominik!
    WOW!! Génial, vous avez mis des mots sur cet événement digne de nous, fans de SAAB et "sauveteurs". J'aurais adoré y être moi-même - en direct et en couleur - mais vos merveilleuses lignes - m'ont fait ressentir l'atmosphère, l'enthousiasme et les émotions qui s'y dégagent - MERCI !!
    J'espère vous voir bientôt avec un rapport plus détaillé !!

  • De petits pas dans le bon sens ... que voulons-nous de plus après x mois de stagnation! Soyons gentils avec le propriétaire du NEVS!
    Une agréable semaine dernière avant Noël à 2013!

  • Vraiment agréable à lire le matin d'une nouvelle semaine ... J'ai particulièrement aimé la fin, réaliste et toujours sans frustration.
    Bien que je pense que Saab Sweden ne peut pas survivre si la marque n’est pas plus importante que par le passé. On ne produira certainement pas en Suède avec des zooms élevés pour le marché chinois.
    Mais maintenant, je suis tellement factuel et l'article était tellement émouvant, pour moi c'était une Saab 99 Turbo dans un blanc vert, que j'ai échangée contre un système stéréo de haute qualité quand j'avais 19 ans. Je me souviens encore à quel point j'étais excité par la montée en régime facile et le capot exceptionnellement pliable ... il a toujours été individuel à mon sujet et beaucoup d'autres Saab suivront ...

Les commentaires sont fermés.